Tour de la pointe de la Vallaisonnay
>>
Accueil
>
A pied
>
Tour de la pointe de la Vallaisonnay
PEISEY-NANCROIX

Tour de la pointe de la Vallaisonnay

Faune
Flore
Lac et glacier
Pastoralisme
Point de vue
Refuge
Sommet
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Circuit de randonnée de trois jours, entre les deux plus hauts sommets du massif de la Vanoise, le mont Pourri (3779 m) et la Grande Casse (3855 m).
Le tour de la Pointe de la Vallaisonnay permet de parcourir 3 vallées bien différentes, sur les territoires des communes de Peisey-Nancroix et Champagny-en-Vanoise, avec le franchissement de deux hauts cols, le col du Palet (2652 m) et le col de Plan Séry (2610 m).

Les 43 patrimoines à découvrir
Refuge

Refuge-porte de Rosuel

À 1547 m d'altitude, le refuge de Rosuel est dit refuge-porte du Parc national de la Vanoise, car à la fois proche du cœur du Parc et accessible par la route. Conçu en 1971 par l’architecte Christian Durupt, il présente un toit en forme de vague s'insérant dans la pente pour ne pas donner de prises aux potentielles avalanches. En 2010, d’importants travaux de requalification ont amélioré son confort et sa luminosité. Le refuge n’est gardé et ouvert qu’en période estivale. Le rez-de-chaussée est un point d’accueil et d’information du Parc national.
lire la suite
Refuge

Refuge de Rosuel et espace d'accueil

Le refuge de Rosuel se démarque par la singularité de son architecture bien intégrée dans le cadre naturel du Parc national de la Vanoise, Situé à 1547m d'altitude, il est ouvert de juin à septembre et gardé par deux gardiennes passionnées de montagne et de cuisine. Fermé et inacessible au public le reste de l'année. Il possède une grande capacité de 50 places et il est possible d'y manger des produits locaux et des plats faits maison en journée et le soir (sur réservation pour le soir). Les maitres-mots de ses gardiennes : convialité, amour de la montagne et rencontre.
Faisant partie de l'aire d'adhésion du Parc national qui couvre un milieu sensible et protégé, quelques consignes sont à respecter, pensez à bien les appréhender.
Au rez de chaussée du refuge-porte, un espace panoramique où l’on peut faire une étape reposante et instructive est dédié à la géologie tourmentée du fond de vallée. Chaises longues, panneaux explicatifs, modules tactiles et longue vue en accès libre. Informations ludiques pour petits et grands.

http://refuge-rosuel.vanoise.com/
04 57 37 65 94
Rosuel
73210 Peisey-Nancroix
refuge.rosuel@vanoise-parcnational.fr

http://www.vanoise-parcnational.fr/

lire la suite
Sommet

Le Mont-Pourri

En montant, sur votre gauche, vous observez le Mont-Pourri qui culmine à 3779 m, ce qui en fait le 2e plus haut sommet de Vanoise après la Grande Casse. Il fut gravit pour la première fois par Michel Croz en 1861. Aujourd’hui l’itinéraire passe classiquement par le glacier du Geay que vous apercevez sous le sommet. Au pied de sa moraine, l’ancien refuge où dormaient les alpinismes jusque dans les années 70 a été reconverti en espace muséographique dédié à l’histoire de ce sommet.
lire la suite
Sommet

Le dôme de Bellecôte et l'Aliet

Au départ, sur votre droite, vous suivez le dôme de Bellecôte (alt. 3417 m). En hiver, plusieurs couloirs qui vous font face se pratiquent en ski hors-piste depuis le domaine de la Plagne. À son extrémité est, vous apercevez le sommet de l’Aliet (alt. 3109 m). Son nom viendrait de « alye », aiguille en patois savoyard. De ce point de vue, il se présente sous la forme d’une pyramide de roc. Son ascension nécessite des techniques d’escalade. Elle est cotée difficile.
lire la suite
Faune

Aigle royal

L’aigle royal (Aquila chrysaetos) demeure une espèce rare et protégée, même si ses effectifs progressent dans les alpes depuis quelques années. À Peisey-Nancroix, il figure sur les armoiries de la commune. La randonnée traverse le territoire d’un de ces couples. Suivi depuis 1973, il a déjà occupé 11 aires (terme utilisé pour désigner les nids des rapaces) différentes et mené 35 jeunes à l’envol. Il se nourrit principalement de marmottes en été et se contente de charognes en hiver.
lire la suite
Faune

Les ongulés

Le vallon de Rosuel a la particularité d'accueillir aussi bien les ongulés de plaine : cerfs, chevreuil et occasionnellement sangliers sur les zones basses et ceux plus spécifiques à la montagne sur les parties hautes : chamois et bouquetins. Cependant, ces derniers n’occupent pas les mêmes quartiers selon les saisons et ils quittent notamment le fond de vallon à la belle saison préférant des zones de plus haute altitude, plus fraîches.
lire la suite
Flore

L'aulnaie

Les Lanches de la Rèbe sont recouvertes d'aulnes verts, appelés arcosses dans le jargon local. Tout à fait adaptés à ce type de pentes avalancheuses, leurs branches flexibles se plient sous la neige sans casser. L’aulnaie est accompagnée d’une formation végétale luxuriante, la mégaphorbiaie. Quelques trésors s’y cachent ici et là, notamment le magnifique lis martagon et l’ancolie des alpes (espèce protégée au niveau national). Plus tard dans la saison, les framboisiers et les groseilliers vous tenteront avec leur baies.
lire la suite
Flore

Fougères

Le Cystopteris des montagnes qui se trouve en marge d'une zone de suintements dans la descente des Lanches de la Rèbe, fait partie de ces fougères rares et difficiles à observer. Elle se distingue pourtant par sa feuille très découpée qui s'inscrit parfaitement dans un triangle équilatéral. Elle est présente en France uniquement dans les Pyrénées et les Alpes, et dans des sites bien peu nombreux d'où son statut de protection nationale. Cette station a failli disparaître naturellement suite à un glissement de terrain en 2009.
lire la suite
Faune

Le gypaète barbu

Le gypaète barbu (Gypaetus barbatus) est un vautour de 2,80 m d’envergure, qui se nourrit principalement d’os ! Affublé à tort de pouvoirs démoniaques, le gypaète a été totalement exterminé des Alpes au début du XXe siècle. Son retour est le résultat d’un programme international de réintroduction soutenu par l'Europe. Le gypaète barbu est installé dans la vallée depuis 2004. Très sensible au dérangement, de l’information sur site vous aidera à assurer la tranquillité de son aire en cas de reproduction.
lire la suite
Eau

Le Ponturin

Au retour, avant de rejoindre le sentier initial, vous allez franchir un pont qui traverse le Ponturin que vous suivez depuis le départ. Ce cours d’eau prend sa source au lac de la Plagne avant de se jeter dans l’Isère à Landry. À cet endroit, il arrive au torrent de s'enfouir sous les blocs rocheux en période sèche, avant de resurgir plus bas, c’est ce qui a valu à ce lieu, le nom des « pertes du Ponturin ».
lire la suite
Eau

La perte du Ponturin

Pour rejoindre le sentier du refuge d'Entre-le-Lac, on traverse le Ponturin sur une passerelle. En fin d'été, on ne voit plus le torrent qui continue à couler sous les pierres du lit. Le Ponturin disparaît un peu en amont de la passerelle et ressort un peu plus bas dans la gorge. Mais au printemps, avec la fonte de la neige, une partie du débit continue a être visible en surface, et coule sous la passerelle
lire la suite
Histoire

la cabane des gardes du Berthoud

Le sentier que l'on suit en descendant du refuge du Mont Pourri rejoint le GR5 sur le plan de la Plagne. Il faut suivre ce sentier quelques centaines de mètres pour rejoindre celui qui monte au refuge d'Entre-le-Lac. Après avoir traversé un éboulis, on peut remarquer une bosse à gauche, avec un mélèze, sur laquelle se tenait la cabane des gardes du Berthoud. Celle-ci a été rasée par une avalanche de neige poudreuse venant du dôme des Platières, au cours du mois de février 1999. Depuis, le Parc national de la Vanoise a fait construire une cabane sur le rocher des Mindières qui domine le lac de la Plagne
lire la suite
Faune

Les marmottes

La marmotte des Alpes (Marmota marmota) pratique l’hibernation. Elle n’est active que 6 mois et demi par an où elle va doubler son poids avant de retourner dans son terrier. Le plan de la Plagne est un endroit privilégié pour l’observer. Son cri strident est facilement reconnaissable, il annonce les dangers, plusieurs cris pour ceux arrivant du sol (souvent l’approche d’un renard) et un seul pour ceux venant du ciel (comme les aigles). Simple mais efficace...
lire la suite
Faune

Le traquet Tarier ou Tarier des prés

Le Tarier des prés est un passereau insectivore qui prend ses quartiers d'été en Vanoise de mai à septembre. Il hiverne en Afrique et c'est un migrateur transsaharien dont l'aire de prédilection est la zone tropicale (Congo, Sénégal, Zambie…). Chez le mâle, qui chante joliment de manière sonore et variée, souvent perché sur un piquet, un rocher ou une tige sèche de rhubarbe des moines, c'est le large plastron roux orangé et le sourcil blanc sur fond noir qui attirent l'oeil et le distingue du Tarier pâtre
lire la suite
Architecture

Les chalets de la Plagne

Le hameau de la Plagne comprend une bergerie, 2 étables, 2 ruines de halle, plusieurs murets et enclos en pierres sèches, 1 cave voûtée et une ancienne ruine au sud, témoin d’un alpage exploité de longue date. La cave comporte plusieurs pierres gravées, dont une datant de 1772. Les principaux bâtiments sont implantés dans la pente ce qui les protège des avalanches. Ils présentent encore au moins en partie un mortier traditionnel en « pierres à vue ».
lire la suite
Refuge

La cabane PNV des Mindières

La cabane PNV des Mindières a été construite en 2002, sur le rocher des Mindières à 2224 m, qui domine le Lac de la Plagne au nord-est. Cette cabane a remplacé le chalet des gardes du Berthoud, qui se trouvait à l'entrée et au nord du Plan de la Plagne, à 2100 m, et qui a été détruit par une avalanche venant du Dôme des Plattières en février 1999. Le chalet du Berthoud était un chalet Chaloin. Plusieurs refuges et cabanes de gardes sont de ce type (refuges du Fond des Fours, de la Leisse, de la Femma, de la Valette...). Au cours de cet hiver très enneigé, un bâtiment du refuge de Plaisance a été déplacé par une avalanche et le chalet d'alpage du Biol à Courchevel a été complètement détruit...
lire la suite
Pastoralisme

Plan de la Grassaz

En été, un troupeau de 300 génisses, élevées pour la production de viande, pâture la haute vallée du Ponturin. Il n'y a pas de vaches laitières car l'absence de piste pastorale ne permet pas le déplacement d'une machine à traire ni le transport du lait pour la fabrication du fromage. Le berger suit le troupeau et utilise les 4 chalets mis à sa disposition pour son logement (chalets du Varchet, de la Plagne, de la Sache et de la Grassaz).
lire la suite
Lac

Le lac de Grattaleu

Le lac du Grattaleu, à proximité du refuge du Palet, est le plus haut lac de la commune de Peisey-Nancroix, dans lequel les pêcheurs ont introduit des poissons. En plein hiver, les eaux du lac sont en partie gelées. Les poissons survivent dans l'eau du fond du lac qui reste à une température de 4 degrés et qui est plongée dans l'obscurité pendant près de 6 mois.
lire la suite
Refuge

Le refuge du col du Palet (refuge du Parc)

Le refuge du Palet est composé de 2 bâtiments. Celui en pierre est un ancien bâtiment militaire, qui héberge maintenant la salle à manger, la cuisine et le logement des gardiens. En descendant vers Champagny, on peut voir quelques poteaux de bois couchés à terre, qui supportaient l'ancienne ligne téléphonique militaire. Dans le chalet en bois qui a été reconstruit en 2008, se trouvent les dortoirs et les sanitaires. Un WC sec a été rajouté entre les 2 bâtiments et un local technique abrite la pile à hydrogène qui fournit de l'électricité. Le refuge est gardé 3 mois en hiver, de février à avril, pour les pratiquants de la montagne enneigée, en ski de randonnée ou en raquettes. Et il est gardé 4 mois l'été, de juin à septembre, pour les randonneurs pédestres. 
lire la suite
Point de vue

Le col du Palet

Le col du Palet à 2652 m d'altitude est le point culminant du tour de la pointe de la Vallaisonnay. C'est un des points de passage facile entre les communes de Peisey-Nancroix, au nord, et de Tignes, au sud. A 10 minutes de marche vers l'ouest, on arrive au col de la Croix des Frêtes, qui permet de descendre vers Champagny-en-Vanoise. Ces passages aisés expliquent que le vallon de Champagny-le-Haut a été colonisé par le haut, l'accès par le bas étant barré par les gorges de la Pontille qui séparent Champagny-le-Bas, le chef-lieu, de Champagny-le-Haut. Du col du Palet, on a une belle vue sur la sommets de la chaîne frontalière avec l'Italie. Vers l'est, on voit notamment, de gauche à droite, la Grande Sassière (3747 m), la Tsanteleina (3601 m) et la grande Aiguille Rousse (3482 m). Au-delà de cette crête, se trouve le Parco nationale Gran Paradiso, avec lequel le Parc national de la Vanoise est jumelé depuis 1972.
lire la suite
Point de vue

Le col de la Croix des Frêtes

Le col de la Croix des Frêtes, à 264 7m, sépare les communes de Peisey-Nancroix, à l'est, et celle de Champagny-en-Vanoise, à l'ouest. C'est le seul point de vue du tour de la pointe de la Vallaisonnay qui permet de voir les 2 plus hauts sommets du massif de la Vanoise. Le mont Pourri, au nord-est (3779 m), et la Grande Casse, au sud-ouest (3855 m). Les 2 sommets ont été conquis à la même époque, en 1860 pour la Grande Casse et 1861 pour le mont Pourri, par le guide Michel Croz et ses compagnons. La voie normale de la Grande Casse par le glacier des Grands Couloirs, qui domine Pralognan, est invisible. D'ici, on ne voit que l'austère face nord et son glacier suspendu.
lire la suite
Glacier

Les glaciers

En rive gauche (dans le sens de la descente) de la vallée de la Glière, on dénombre une dizaine de glaciers. Ceux-ci résistent à la fonte grâce à l'ombre des montagnes qui les dominent. On observe des glaciers de cirque (Becca Motta, Nord de la Glière), de versant (Volnets, Troquairou), de vallée (Epéna, Rosolin, Roche du Tougne), régénéré (Pramort) et de calotte (Grande Motte). Ils couvrent une surface de 10 km2.
lire la suite
Histoire

L'alpinisme

À l'inverse de Pralognan-la-Vanoise, Champagny-en-Vanoise a été très tardivement visitée par les alpinistes.Les hauts sommets ont en effet d'abord été gravis par le versant le plus facile, depuis Pralognan (Grande Casse, Épéna, Grande Glière). Ainsi, les faces nord n'ont été réalisées que plus tard : petite face nord de la Grande Casse par les frères Puiseux en 1887 ; couloir des Italiens en 1933 ;  face nord de l'Epéna en 1966. D'autre faces nord célèbres ont même attendues le XXe siècle pour être gravies : Grandes Jorasses, Cervin et Eiger.
lire la suite
Pastoralisme

Le beaufort

La Grande Plagne et son chalet du Plan du Sel est un des lieux de fabrication du beaufort d'alpage. Le lait cru et entier, provenant des vaches de race tarine et abondance, est travaillé en une pâte pressée-cuite, tirant au moins 50 % de matière grasse, moulée dans un cercle à talon concave, avant de développer une croûte naturelle que renforce le brossage régulier. Chaque meule pèse entre 30 et 60 kg, pour un diamètre de 40 à 60 cm et une épaisseur de 12 à 16 cm. L’Appellation d'Origine Protégée induit d'indéniables contraintes, comme l'obligation de fabriquer avec le lait d'un seul troupeau deux fois par jour. Mais elle permet aussi le maintien d'une agriculture de qualité en haute montagne, nécessaire pour entretenir les paysages de Vanoise... et agréable pour le palais tant ce fromage est délicieux !
lire la suite
Pastoralisme

L'alpage de la Grande Plagne

Les alpagistes mènent les vaches tous les étés sur l'alpage de la Grande Plagne. Au chalet du Plan du Sel (2250 m), le lait des vaches tarines et abondances (seules races autorisées dans le cadre de l'AOP Beaufort ) est transformé en beaufort d'alpage, pendant 100 jours. Le point faible de cet alpage est la ressource en eau. Lors des périodes de sécheresse, l'alpagiste doit s'approvisionner à l'aval du refuge de la Glière, au prix de nombreux déplacements pour remonter une tonne à eau au chalet.
lire la suite
Glacier

La Grande Motte (3653m)

Magnifique dôme glaciaire, visible depuis le vallon de Champagny le Haut, la Grande Motte domine la station de ski de Tignes. Le téléphérique de la Grande Motte (3450 m) dessert le glacier du même nom, encore exploité pour le ski d'été. Le pylône de ce téléphérique, visible tout au long de la randonnée, se trouve sur le territoire communal de Champagny-en-Vanoise. La STGM (Société des Téléphériques de la Grande Motte) verse tous les ans une redevance à la commune de Champagny-en-Vanoise.
lire la suite
Lac

Le lac asséché de la Glière

Au-dessus du refuge de la Glière, on découvre une immense gravière. En 1818, une chute de séracs du glacier de la vallée a fait un barrage de glace sur le Doron. L'eau s'est accumulée en amont jusqu'à former un lac de plusieurs mètres de profondeur. Le barrage s'est rompu le 15 juin 1818, et la masse d'eau s'est précipitée dans la vallée, emportant tous les ponts jusqu'à Moûtiers. Les sources thermales de Brides-les-Bains auraient été redécouvertes grâce à l'action de cette lave torrentielle. Suite à cette catastrophe, un chenal a été creusé à l'ouest du passage naturel du Doron.
lire la suite
Point de vue

Vue sur le lac de la Glière

Ce lac blanc, le lac de la Glière, n’est pas pris par les glaces, malgré les apparences. Il est en réalité asséché depuis le XIXe siècle. En 1818, les hommes vivent alors dans le « petit âge glaciaire », période climatique plus froide commencée à la fin du XVIe siècle en Europe occidentale et dont nous sommes en train de voir la fin : le glacier de Rosolin vient alors « lécher » le bord du lac. Des séracs, autrement dit des morceaux de glaciers détachés de la langue principale, sont alors tombés dans ses eaux, bloquant l’écoulement naturel à la sortie du lac. L’eau a fini par déborder, emportant dans sa course les séracs, la boue et les roches vers l’aval. Après cette catastrophe naturelle de 1818, le lac s’est asséché, prenant un nouvel aspect. Après la vidange, les sédiments déposés au fond de la cuvette sont alors apparus à la lumière. L’alpage historique autour du lac n’en a pas été affecté, fréquenté qu’il est depuis le XIIIe siècle.

lire la suite
Pastoralisme

Le refuge communal de la Glière (1996m)

Autrefois chalet d'alpage, avec 2 caves à proximité, le refuge de la Glière a été agrandi en 2014, pour offrir un meilleur confort à plus de randonneurs et alpinistes. Il est aussi accessible aux handicapés venant parfois en joëlette. Il est gardé de mi-juin à mi-septembre. Le refuge d'hiver est aussi ouvert le reste de l'année et le visiteur est tenu de verser sa redevance de passage dans le tronc prévu à cet effet. En contrepartie, il pourra trouver, outre l'abri, des couvertures, du gaz et de la vaisselle, et un poêle avec du bois de chauffage. Respectez ce refuge et n'oubliez pas de payer votre redevance qui permet son entretien.
lire la suite
Géologie

la forme des montagnes et la roche

La forme des montagnes dépend de la nature, et en particulier de la dureté de la roche. Le Grand Bec et la pointe des Volnets sont composés de micaschiste. L'aiguille de la Grande Glière - surnommée le Cervin de la Vanoise – est constituée de quartzite, très dure. L'Épéna - plus haute falaise calcaire de France, d'un dénivelé vertical de 800 m - présente une arête sommitale très effilée mais très délitée. La Grande Casse, constituée de calcaires schisteux noirs, nous montre un versant nord très raviné.
lire la suite
Géologie

le Dos de l'éléphant (1850 m)

Affleurement de micaschiste poli et strié par le passage des glaciers quaternaires, la dernière grande glaciation remontant à plus de 10000 ans. Les glaciers descendaient à l'époque jusqu'à Lyon, et plus de 1000  m d'épaisseur de glace remplissaient les grandes vallées (Grenoble). Les anglais appellent ces « roches moutonnées » des « dos de baleine ». Les habitants de Champagny-en-Vanoise appellent cette roche « le Dos de l'éléphant ».
lire la suite
Flore

L'aulne vert

L'aulne vert, appelé localement l'arcosse, pousse sur l'ubac (versant exposé au nord) de la vallée, car il préfère les milieux frais. Cet arbuste a la particularité de plier sous le poids de la neige sans se casser. Il peut donc pousser même dans les couloirs d'avalanches. L'aulnaie verte entre le hameau du Bois et le glacier de l'Épéna est la plus grande aulnaie verte d'Europe, sur 7 km de long. Le bois d'aulne vert était autrefois utilisé pour la cuisson du beaufort.
lire la suite
Faune

La marmotte

Animal emblématique de la pelouse alpine, la marmotte est proche de l'écureuil, avec 4 doigts aux pattes avant et 5 doigts aux pattes arrière. La marmotte vit sur un territoire familial que les adultes dominants défendent toutes dents et griffes dehors. La marmotte hiberne et vit au ralenti pendant 6 mois, sur ses réserves de graisse accumulées pendant l'été. La marmotte est présente tout au long de l'itinéraire, mais surtout aux alentours de la chapelle de la Glière.
lire la suite
Histoire

Hameau du Laisonnay

Le Laisonnay est le hameau le plus éloigné et le plus ancien. C’est ici que se sont installés les premiers habitants (de Haute-tarentaise) qui franchissaient le col du Palet pour s’installer dans le vallon. Il compte une dizaine de bâtisses en pierre avec toitures traditionnelles (lauzes (pierre) et tavaillons (bois)) et des matériaux plus récents. Les maisons sont groupées pour utiliser les rares emplacements non exposés aux risques naturels (avalanches, chutes de blocs, débordements du Doron). À noter, la chapelle Notre Dame des Neiges à l'aval du hameau et le vieux four à l'amont.
lire la suite
Eau

La cascade du Py

Quoi de plus rafraîchissant que de commencer une randonnée par les embruns de la cascade du Py et ses 80 m de hauteur ! Vous allez suivre le torrent du même nom durant toute la montée vers le refuge de Plaisance. En montagne, les torrents présentent des variations de débit impressionnantes ! Au printemps, les eaux de fonte dévalent les pentes à toute allure alors que l'automne voit la quantité d'eau diminuer. La couleur de l'eau peut elle aussi changer : un violent orage estival peut vite transformer cette eau limpide en boue noirâtre ! Il y a une centaine d'années, il était encore possible de passer entre la chute d'eau et la paroi sans être mouillé ! Inenvisageable aujourd'hui, ce qui est la preuve de la vigueur de l'érosion du ruisseau du Py.
lire la suite
Eau

La cascade du Py

Incontestablement la plus spectaculaire. Un pont permet d'enjamber le cours d'eau et d'admirer cette magnifique chute d'eau de 80m qui se répand en embruns rafraîchissants.
lire la suite
Faune

Le bouquetin des Alpes

À l'ouest, sur les pentes du massif des « Chardes » se situe le royaume du bouquetin des Alpes. Son histoire est intimement lié à celle du Parc national puisque, après avoir failli complètement disparaître du massif, l'interdiction de chasser au cœur du Parc a permis de sauver les derniers individus. À Champagny, les agents du Parc national ont même accéléré son retour puisqu'en 1980, une quinzaine d'individus ont été réintroduits après avoir été capturés en Maurienne. Il n'est pas rare de voir les gros mâles au mois de juin autour du refuge et pas très loin de celui-ci les soirs d'été. Les femelles sont elles plus discrètes ; elles occupent falaises et vires rocheuses afin de mettre bas et d'élever leur petit à l'abri des regards indiscrets.
lire la suite
Refuge

Le refuge de Plaisance

Les deux chalets « Chaloin » du refuge de Plaisance ont été construits par le Parc national de la Vanoise. Ils ont subit par deux fois les affres de l'hiver : en février 1999, une avalanche exceptionnelle a poussé le chalet dortoir, qui pèse une dizaine de tonnes, contre le bâtiment où se trouve la salle à manger. En janvier 2004, c'est la toiture de ce même chalet qui a été endommagée par une tempête. La vie est dure pour les refuges d'altitude en hiver !
lire la suite
Flore

Le Plan Séry et sa flore

Plus d'eau dans ce lac mais quel spectacle ! Cette étendue immense correspond à un ancien lac glaciaire asséché. En prenant le temps et en vous penchant, vous trouverez peut-être une petite plante protégée : la Laîche bicolore. Cette petite graminée est reconnaissable à ses petits épillets à deux couleurs : pistache et chocolat. Comme toutes les espèces rares de Vanoise, les agents du Parc la cartographient afin d'évaluer sa présence sur le territoire. Elle est beaucoup moins spectaculaire que les edelweiss que vous pourrez admirer tout autour du lac. Même si cette espèce n'est pas protégée contrairement à ce qu'on croit, ne la cueillez pas ! La cueillette est strictement interdite en cœur de Parc et surtout... laissez les autres randonneurs admirer l'étoile des neiges.
lire la suite
Refuge

Le refuge d'Entre-le-lac

À 2145 m d’altitude, au bord du lac de la Plagne, une ancienne bergerie, propriété de la commune de Landry, a été réhabilitée en refuge en 1980. Depuis, le berger qui exploite l’alpage y fait toujours étape, mais il est en plus gardé toute la période estivale, permettant d’accueillir pour couchage et restauration une quarantaine de personnes. Grâce aux deux vaches laitières sur place, les gardiens du refuge vous proposent quotidiennement des produits laitiers frais.
lire la suite
Flore

Le Caricion incurvae

Les suivis botaniques menés par les gardes-moniteurs du Parc national les conduisent à des postures parfois peu académiques ! C'est le cas du suivi du Caricion présent dans la plaine alluviale en aval du refuge d'Entre-le-Lac ou le long du Ponthurin vers les Chalets de la Plagne. Ce milieu particulier d'altitude constitue des zones humides rases parfois assez vastes en Vanoise, malgré sa rareté en France. Il est caractérisé par 8 espèces pionnières artico-alpines toutes protégées, dont certaines sont de discrètes relictes post-glaciaires (ex. : Carex microglochin, Tofieldia pusilla ou Trichophorum pumilum)
lire la suite
Lac

Lac de la Plagne.

Le lac de la Plagne est un lac naturel particulièrement profond (19 m). Sa gestion est actuellement privée et dépend de l'association des Lacs de montagne de Landry-Peisey, qui l’alevine régulièrement. Truite fario, saumon de fontaine et cristivomer peuplent ses eaux. Le cristivomer trouve son origine au nord de l’Amérique, dans la zone comprise entre les Grands lacs et l’Alaska et a été introduit ici 1964. Cette espèce fait l’objet de suivi par marquage des individus alevinés.
lire la suite
Pastoralisme

Les vaches

Plus de 250 vaches viennent des villages avoisinants ou de plus loin (Isère notamment) pour estiver dans cet alpage. Ici, différentes races se côtoient : Montbéliardes, Charolaises, Limousines, Tarines,… Ce sont des vaches ne produisant pas de lait : génisses, vaches de reproduction ou à viande. Elles arrivent dans le fond du vallon, puis monteront en altitude à mesure que l’herbe pousse, avant de redescendre progressivement. Elles sont surveillées par un berger, qui occupera différents chalets d’alpage selon l’avancé du troupeau.
lire la suite

Description

Premier jour : du refuge de Rosuel, suivre le GR5 jusqu'au col du Palet. Le sentier, récemment élargi, traverse des prés, puis un bois clair d'aulnes verts, pour arriver dans une forêt de mélèzes. Ensuite, dépasser le chalet de Derrière la Rèbe, puis traverser le Ponturin sur une passerelle. Plus haut, c'est le Plan de la Plagne, où le Ponturin dessine des méandres. Passer devant les chalets de la Plagne, puis devant le chalet des gardes sur le rocher des Mindières. Plus haut, traverser le Plan de la Grassaz, puis gravir la côte raide qui conduit au lac du Grattaleu. Le refuge du col du Palet se trouve à un quart d'heure de marche. Deuxième jour : 10 minutes de marche sont nécessaires pour arriver au col du Palet. Du col, prendre la direction Champagny. Passer d'abord le col de la Croix des Frêtes, avant de descendre franchement jusqu'au petit lac du Grand Plan et arriver sur les plateaux de la Plagne, puis à la piste carrossable qui passe sous le chalet d'alpage du Plan du Sel. Un peu plus bas, un sentier coupe les lacets de la piste pour parvenir à la chapelle, puis au refuge de la Glière. Poursuivre la descente en partie par la piste et en partie par le sentier pour arriver au hameau du Laisonnay d'En Haut, où se trouve le refuge du Laisonnay. Le sentier du vallon de Plaisance démarre près du torrent du Py, sous la cascade. 1h30 de montée assez raide conduisent au refuge de Plaisance. Troisième jour : du refuge de Plaisance, traverser le torrent du Py au bout de 5 minutes de marche. Rejoindre d'abord le plateau des Essérieux, puis le Petit Plan Séry et le grand plateau du Plan Séry au pied de la pointe de la Vallaisonnay. Encore une petite demi-heure de marche pour parvenir au col de plan Séry. Le sentier descend ensuite jusqu'au refuge communal d'Entre le Lac, puis longe la rive ouest du lac de la Plagne et le plateau de la Plagne pour rejoindre le GR5 emprunté à la montée le premier jour. Poursuivre la descente jusqu'au refuge de Rosuel.
Départ : Refuge de Rosuel (1550 m)
Arrivée : Refuge de Rosuel (1550 m)
Communes traversées : PEISEY-NANCROIX, CHAMPAGNY-EN-VANOISE

Profil altimétrique


Recommandations

Itinéraire de montagne sur sentiers balisés avec passage de 2 cols à plus de 2600 m d'altitude. Pas d'itinéraire de repli possible. Passage des 2 cols « obligatoire ». Nécessite d'être bien chaussé et équipé pour faire face aux éventuelles intempéries. Prévoir des jumelles pour l'observation de la faune. Réserver à l'avance les nuitées en refuge
En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour

Lieux de renseignement

Point info - Accueil de Landry

place du village<br>Landry<br>73210 Peisey-Vallandry,

http://www.peisey-vallandry.com

info@peisey-vallandry.com

04 79 07 88 67

L'office de tourisme vous propose les services suivants :
- inscription à certaines animations et activités,
- point petites annonces.
Ouverture:
Du 10/07 au 02/09/2017, tous les lundis, mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis.
10:00 / 12:00 & 16:30 / 18:30.

Modes de paiement:
Chèque, Espèces

Services:
Animaux acceptés

Accès:
Etablissement situé à côté de la place de Roscanvel, entre la salle polyvalente et la poste de Peisey-Nancroix.

Fiche mise à jour par Office de Tourisme de Peisey Vallandry le 20/09/2017
En savoir plus

Point info - Accueil de Peisey

Maison de Peisey<br>Peisey<br>73210 Peisey-Vallandry,

http://www.peisey-vallandry.com

info@peisey-vallandry.com

04 79 07 88 67

L'office de tourisme vous propose les services suivants :
- une centrale de réservation d'hébergement,
- inscription à certaines animations et activités,
- accès wifi payant,
- photocopies, impression et numérisation de doc, envoi de documents par mail,
- vente de permis de pêche, objets promotionnels, DVD et éditions locales, topo rando...
- réservation des courts de tennis,
- point petites annonces.
Ouverture:
Du 01/07 au 02/09/2017, tous les jours.
Du lundi au vendredi : 9:00 / 13:00 & 14:30 / 18:30
Samedi : 9:00 / 13:00 - 15:00 / 19:00
Dimanche : 10:00 / 12:00 - 16:00 / 19:00.

Du 04/09 au 15/12/2017.
Fermé samedi et dimanche.
09:00 / 12:00 & 13:30 / 17:30.

Du 16/12/2017 au 22/04/2018, tous les jours.
09:00 / 12:00 & 14:30 / 18:30.

Modes de paiement:
Chèque, Espèces

Services:
Animaux acceptés, Vente de cartes de pêche, Accès Internet Wifi

Accès:
Etablissement situé à côté de la place de Roscanvel, entre la salle polyvalente et la poste de Peisey-Nancroix.

Fiche mise à jour par Office de Tourisme de Peisey Vallandry le 20/09/2017
En savoir plus

Point info O.T. Peisey Vallandry

Le Chalet<br>Vallandry<br>73210 Peisey-Vallandry,

http://www.peisey-vallandry.com

info@peisey-vallandry.com

04 79 07 94 28

L'office de tourisme vous propose les services suivants :
- une centrale de réservation d'hébergement,
- inscription à certaines animations et activités,
- une borne internet et de l'accès wifi payant,
- photocopies, impression et numérisation de doc, envoi de documents par mail,
- vente de permis de pêche, billets pour liaison gare SNCF-station, objets promotionnels, DVD et éditions locales, topo rando...
- réservation des courts de tennis,
- prêt de matériel : raquettes de tennis, badminton, boules de pétanque, ballon de football, beach volley, ping pong...
- point petites annonces.
Ouverture:
Du 24/04 au 23/06/2017.
Fermé samedi et dimanche.
Fermetures exceptionnelles les Lundi de Pentecôte, 1er mai et 8 mai.
9:00/12:00 - 13:30/17:30.

Du 24/06 au 02/09/2017, tous les jours.
Du lundi au vendredi : 9:00/13:00 & 14:30/18:30
Samedi : 9:00/13:00 - 15:00/19:00
Dimanche : 10:00/13:00 - 15:00/19:00.

Du 04/09 au 15/12/2017.
Fermé samedi et dimanche.
Fermetures exceptionnelles les jours fériés.
9:00/12:00 - 13:30/17:30.

Du 16/12/2017 au 22/04/2018, tous les jours.

Services:
Animaux acceptés, Accès Internet Wifi

Accès:
L'office se trouve à l'entrée de la station sur votre droite.

Fiche mise à jour par Office de Tourisme de Peisey Vallandry le 20/09/2017
En savoir plus

Transport

Train jusqu'à Landry ou Bourg Saint Maurice : www.sncf.com . Bus depuis la gare de de Bourg Saint Maurice jusqu'à Peisey-Nancroix : www.mobisavoie.com. Covoiturage : www.cariocar.fr

Accès routiers et parkings

Vallée de la Tarentaise. RN90 depuis Albertville jusqu'à Landry, puis D87 jusqu'à Peisey-Nancroix et jusqu'au bout de la route, au parking du refuge de Rosuel.

Stationnement :

Parking du refuge de Rosuel (Peisey-Nancroix)

Accessibilité

2 places de parking réservées au refuge de Rosuel. Refuge labellisé « Tourisme et Handicap » pour les 4 handicaps
Numéro de secours :
114

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :