Lac du Génépy : randonnée au pied du Glacier de Labby
>>
Accueil
>
A pied
>
Lac du Génépy : randonnée au pied du Glacier de Labby
AUSSOIS

Lac du Génépy : randonnée au pied du Glacier de Labby

Flore
Géologie
Lac et glacier
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Une randonnée facile, qui vous transporte d'une forêt de pins cembro jusqu'au lac du Génépy aux eaux laiteuses. Du cirque glaciaire qui s'ouvre à vous se détachent des sommets mythiques, dont la Dent Parrachée et le Rateau d'Aussois. 
"Le calendrier indique bien la date du 14 juillet... Pourtant, une épaisse couche de glace recouvre le lac du Génépy ce matin. Tout en nuances colorées, le décor minéral qui m'entoure contraste avec les tourbillons de neige fraîche. C'est ce qui fait la singularité de cette marche : le randonneur en manches courtes évolue d'abord en forêt avant de se croire subitement projeté parmi les étendues rocheuses de l'Islande !  Dans ce paysage glaciaire, les plantes déploient des trésors d'adaptation pour se cramponner aux amas de rocailles. Ici, les oiseaux ne chantent plus : seuls résonnent les appels sonores des chocards et le caquetage du lagopède."
Mathieu Beurier – Garde-moniteur du Parc national de la Vanoise.

Description

Du parking, suivre l'itinéraire du refuge de la dent Parrachée. Derrière ce dernier, le sentier est indiqué par les panneaux jaunes du Parc national. Suivre la direction « Lac du Génépy ». Après 30 min environ, franchir la passerelle et poursuivre le sentier jusqu'au lac. Pour le retour, suivre le même chemin. Juste avant le refuge de la dent Parrachée, prendre à droite en direction du Fond d'Aussois. Attention, après 300 m, un court passage exposé demande vigilance. Suivre le sentier jusqu'à une passerelle qu'on laisse à droite et continuer vers le sud jusqu'à l'intersection du GR5. Prendre alors à droite et descendre vers le pont qu'il faut traverser. Suivre la direction d'Aussois enfin, jusqu'au barrage de Plan d'Amont d'où l'on rejoint le parking.
  • Départ : Site des barrages, commune d'Aussois.
  • Arrivée : Site des barrages, commune d'Aussois.
  • Communes traversées : AUSSOIS

Profil altimétrique


Recommandations

Itinéraire de haute montagne à préparer en amont. Prévoir équipements et chaussures adéquats, ainsi qu'une carte IGN. La météo en montagne est très changeante : n'hésitez pas à faire demi-tour si le temps se gâte.
En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Lieux de renseignement

Office de Tourisme d'Aussois

43 route des Barrages, 73500 Aussois

https://www.aussois.cominfo@hautemaurienne.com04 79 05 99 06

Point Info Tourisme Modane

Maison Cantonale, 9 Place Sommeiller, 73500 Modane

https://www.cchautemaurienne.cominfo@cchmv.fr04 79 05 26 67
Accueil de la clientèle touristique, toute saison. Renseignement, distribution de brochures, vente de produits touristiques.
Ouverture:
Toute l'année.
Fermetures exceptionnelles les jours fériés.

Services:
Animaux acceptés, Accès Internet Wifi, Location de VTT à assistance électrique

Fiche mise à jour par Haute Maurienne Vanoise Tourisme le 17/11/2017
En savoir plus

Point info Parc national de la Vanoise - Modane

Maison cantonale - Place sommeiller, 73500 Modane

https://www.vanoise-parcnational.fr04 79 62 30 54

Transport

Desserte ferroviaire jusqu'à Modane. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Puis transport en autocar jusqu'au chef-lieu d'Aussois. Renseignements : savoie.transdev.com
Pas de transport collectif entre Aussois et le site des barrages.
Proposition d'auto-stop organisé sur la vallée de Haute-Maurienne. Renseignements : www.rezopouce.fr

Accès routiers et parkings

À Modane, prendre la D 215 en direction d'Aussois. A Aussois, se rendre dans le haut du village et prendre la petite route qui s'élève vers les barrages. Laisser un belvédère sur la gauche, prendre une route raide à droite sur 100 m pour rejoindre le parking de la carrière.

Stationnement :

Parking prévu par la municipalité pour l'intégralité du site des barrages, départ de toutes les randonnées.

Accessibilité

Seul le parking terminal est aménagé.
Numéro de secours :114

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Flore

    Le lys martagon

    En juin à juillet, au sortir de la forêt, en prenant pied sur l'alpage, vous pourrez trouver une grande plante aux fleurs pourpre. Le lys martagon, espèce rare, colonise les clairières de la zone de combat. Il affectionne des prairies ni trop sèches ni trop humides dites mésophiles. Cette plante autrefois cueillie était menacée. Elle est aujourd'hui hors de danger mais demandera, comme d'autres espèces, beaucoup de respect de votre part.
  • Pastoralisme

    La déprise agricole

    Vous remarquerez de part et d'autre du sentier vers la randolière de multiples petits pins cembro, s'installant au milieu des pâturages. Si tout le versant était autrefois pâturé et fauché, la disparition progressive des petites exploitations agricoles et le changement des pratiques ont favorisé la recolonisation du milieu par cette espèce forestière. À terme, si l'agriculture venait à disparaître, c'est en forêt que vous vous trouveriez. La perte de ces herbages entraînera une diminution de la biodiversité.
  • Point de vue

    Les lacs de barrage d'Aussois

    Derrière vous en contrebas vous pourrez observer les lacs des barrages d'Aussois. Le Plan d'Amont se fera remarquer par sa couleur turquoise, il n'est alimenté que par la fonte des neiges et de clairs ruisseaux. À l'aval, ce sont les glaciers de la Vanoise qui alimentent le lac grâce à 19 km de galeries souterraines venant du Doron de Termignon. L'eau y est chargée en « farines » glaciaires, fines particules minérales arrachées à la montagne. C'est elle qui donne cette couleur grise et laiteuse au Plan d'Aval.
  • Faune

    Le monticole de roche

    Cet oiseau aux couleurs vives ne s'est pas échappé d'une jardinerie. Même si le monticole de roche passe l'hiver en Afrique subsaharienne, il fréquente régulièrement les versants rocheux, secs et ensoleillés de nos montagnes pour venir se reproduire. S'il peut se nourrir de petits lézards et de graines ou fruits, il profitera surtout de l'abondance d'insectes variés. À la fin de l'été il regagnera ses zones d'hivernage. Le monticole de roche est un oiseau en régression en France depuis plusieurs année avec environ 1500 couples nicheurs seulement pour la France. Ce serait donc un événement que de l'observer, ouvrez l'œil.
  • Flore

    Le silène acaule

    Ce coussin ponctué de fleurs roses éclatantes n'est pas une mousse. Le silène acaule est un des champions de l'adaptation au pire. La forme en coussinet lui permet de  réduire les écarts de températures diurnes et nocturnes qui peuvent être important à ces altitudes. L'humidité sera également prisonnière de ce chevelu de tiges et de petites feuilles. Le silène acaule (Silène acaulis) trouvera dans ses anciennes feuilles décomposées des matières nutritives qui lui permettront de pousser et fleurir. Une racine en pivot au cœur du coussinet lui permettra de s'accrocher aux terrains les plus abrupts.
  • Faune

    Le lièvre variable

    Surnommé blanchot ou blanchon, il possède un pelage d'été brun rocaille, et un pelage d'hiver tout blanc à l'exception de la pointe de ses oreilles. Plus petit, et plus rond que le lièvre d'Europe, le lièvre variable a également des oreilles plus courtes et un poil plus épais pour limiter les déperditions de chaleur. Ses pattes postérieures plus larges, font office de raquettes à neige, lui permettant ainsi  de se déplacer facilement sur la neige.
  • Flore

    La renouée vivipare

    Au milieu des sables et des rochers, une tige chargé de petites fleurs blanches apparaît. Ici pousse la renouée vivipare. Certaines plantes germent et se développent dans le fruit alors que celui-ci est toujours accroché à la plante-mère. Ce phénomène correspond à la viviparité végétale. En examinant la renouée, vous observerez de petits bulbes verts accrochés à la tige. Les fruits de la renouée vivipare commencent donc à germer sur la plante. Les graines de la renouée constituent un mets de choix pour le lagopède alpin.
  • Géologie

    Le dallage nival

    Recherchez autour de vous les endroits plats et humides, sans végétation. Vous remarquez sans doute ces dalles de rocher qui semblent triées et patiemment rangées les unes contres les autres. L'homme n'est pas responsable de cette agencement géométrique. Ici, les alternances de gel et de dégel, le poids de la neige favorisent le transport des pierres et leur alignement : on parle de dallage nival. Dans d'autres cas, ces phénomènes pourront créer des sols polygonaux ou des cercles de pierre.
  • Géologie

    Les comblements de zone humide

    En descendant du lac, vous remarquerez des étendues enherbées et plates. L'ancien glacier avait creusé des dépressions dans le socle rocheux. Lorsque les glaces se sont retirées, ces zones sont devenues lacs. À la manière du lac du Génépy, les alluvions ont comblés ces dépressions, les végétaux hygrophiles ont ensuite colonisé ces milieux humides. Certaines de ces zones se sont ensuite asséchées pour devenir des petits plateaux herbeux au milieu de la 'rochaille'.
  • Flore

    Le saule herbacé

    Peut être avez vous piétiné inconsciemment ses petites feuilles ovales, vertes et luisantes ? Tel Gargantua, vous marchiez sur une forêt ! Le saule herbacé (Salix herbacea) est le plus petit arbre du monde. Comme d'autres saules, ses fleurs se réuniront en chaton, couvrant ainsi, en juillet et août, les rocs d'une fine couche cotonneuse.  La petite taille du saule herbacé s'explique par les conditions climatiques difficiles qui règnent en altitude. En adoptant une forme naine ou rampante, le végétal résiste mieux au vent violent, profite de la chaleur du sol et se protège du gel grâce au couvert neigeux.