Trek Nature Grand Paradis Vanoise - parcours classique étape Dbis
>>
Accueil
>
A pied
>
Trek Nature Grand Paradis Vanoise - parcours classique étape Dbis
VAL D'ISERE

Trek Nature Grand Paradis Vanoise - parcours classique étape Dbis

Architecture
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
L'itinéraire D bis est la variante de l'itinéraire D, permettant de faire un crochet pour visiter Bonneval-sur-Arc et l'Ecot.

Cette variante offre l’avantage de traverser l’authentique hameau de l’Ecot et le village de Bonneval-sur-Arc, figurant au classement des « plus beaux villages de France » et inscrit au répertoire du patrimoine national.

Les 18 patrimoines à découvrir
Faune

L'aigle

Si vous voulez observer un aigle royal (Aquila chrysaetos), il faut écouter les marmottes. Ces rongeurs constituent l'essentiel de son alimentation pendant l'été. Quant il apparaît dans le ciel, l'alerte est donnée par un seul cri strident et puissant. Les marmottes disparaissent dans leurs terriers et,  à vous de scruter le ciel... De grandes zones blanches sous les ailes et au niveau de la queue permettent de reconnaître des individus jeunes ou immatures. Ces patchs blancs se réduisent avec l'âge pour disparaître vers 5 ans.
lire la suite
Faune

L'accenteur alpin

L'accenteur alpin (Prunella collaris ) est très peu farouche. C'est le passereau montagnard le plus facilement observable. Il passe la plupart de son temps au sol pour picorer les insectes, ou se percher régulièrement sur les pierres. De loin, on le trouve de couleur terne, seuls ses flancs roux attirent l'attention. Mais de près, son plumage apparaît bariolé : dessus gris-brun, dos largement rayé de noir, gorge blanche tachetée de noir, flancs avec flammèches rousses sur fond blanc et deux rangées de points blancs sur les ailes.
lire la suite
Flore

La saxifrage faux aizoon

Au bord du ruisseau s'étale un magnifique tapis de fleurs jaunes, c'est la saxifrage des ruisseaux, ou saxifrage faux-aizoon (Saxifraga aizoides). Regardez de près ces belles petites étoiles jaunes. La plante a aussi la particularité d'accueillir un hôte exceptionnel : le petit apollon (Parnassius phoebus). Ce petit papillon, blanc avec 2 ocelles rouges est protégé. Il ne pond ses œufs que sur ces saxifrages. Les feuilles charnues serviront ensuite de repas aux chenilles du papillon.
lire la suite
Flore

La renoncule des glaciers

Dans les petits ruisseaux et les suintements, on aperçoit des guirlandes de petites fleurs roses et blanches : la renoncule des glaciers (Ranunculus glacialis). La plante est plutôt petite, mais les fleurs sont grandes. Elles sont blanches et deviennent rosées, parfois même violettes. Comme son nom l'indique, elle aime les zones humidifiées par l'eau de fonte des glaciers ou des névés. Elle détient aussi un record : c'est la plante à fleurs qui monte le plus haut en Europe : 4275 m.
lire la suite
Point de vue

Le col des Fours

Du col des Fours (alt. 2976 m), on peut profiter d'une vue extraordinaire sur les glaciers et sommets frontaliers avec l’Italie, d'ouest en est : l’Albaron (alt. 3637 m) et le glacier du Vallonnet, la Petite Ciamarella (alt. 3465 m), la Grande Ciamarella (alt. 3676 m) et son glacier des Évettes, la Pointe de Bonneval (alt. 3320 m) suivie du glacier du Grand Méan, le Roc et le glacier du Mulinet (alt. 3442 m)  et le glacier des Sources de l’Arc... et enfin le joli lac du Grand fond sous vos pieds, issu du glacier éponyme disparu aujourd'hui.
lire la suite
Point de vue

Col des Fours

Le col des Fours, à 2976 m d'altitude, permet au visiteur d'être le funambule d'un instant en équilibre entre Maurienne et Tatentaise. Là, dans l'air raréfié, le regard porte au sud sur les glaciers si proches de l'Albaron et des Ciamarella tandis qu'à l'opposé ce sont le Mont-Pourri et le lointain massif du Mont-Blanc qui captent le regard. Les amateurs de chiffres pourront afficher un « 3000 » à leur carnet de courses en gravissant aisément la pointe des Fours à une encablure du col éponyme.
lire la suite
Lac

Lac des Fours

Véritable joyaux serti dans la combe du Grand Fond sous le col des Fours, le lac des Fours (non nommé par l'IGN) est un lac glaciaire qui culmine à 2899 m. Il est issu de l'érosion créée par le glacier du Fond qui, en se retirant, a laissé une moraine frontale faisant office de barrage naturel et permettant l'existence de ce joli lac bien souvent pris par la neige et la glace en début d'été.
lire la suite
Flore

Androsace alpine

Les éboulis et  moraines, aux alentours du lac des Fours, s'égaient, dès le retrait de la neige  (parfois tard dans l'été), de petites fleurs roses ou blanches formant des coussins ras : l'androsace alpine (Androsace alpina). Le port en coussinet de cette plante rare et protégée constitue une adaptation au froid intense régnant à ces altitudes. L'androsace alpine est une endémique de l'arc alpin.
lire la suite
Faune

Écaille de Quensel

Avec de la chance, l'observateur attentif pourra déceler, posé dans les gazons ras, au delà du Pont de la Neige, un papillon original zébré de noir et de blanc : l'écaille de Quensel (Grammia quenseli). Cet Arctiidae a une distribution mondiale se situant autour du cercle polaire... et en altitude dans les Alpes : c'est une espèce boréo-alpine. L'adulte ne vit qu'une à deux semaines avec pour mission essentielle : se reproduire. La chenille mettra au moins deux années avant de se nymphoser.
lire la suite
Point de vue

Vue sur le vallon de la Lenta

Étagé entre 2100 et 2270 mètres, le vallon de la Lenta est l’un des secteurs d’alpages de Bonneval-sur-Arc, en cœur de Parc. Les chalets et l’occupation de l’espace témoignent d’une civilisation agropastorale millénaire qui a su tirer le meilleur parti possible des ressources naturelles de la montagne, les seules disponibles dans une société qui se déplaçait peu. Continuer de faucher en altitude maintient une faune de petits passereaux notamment, mais garde aussi ouvert le plus largement possible la diversité floristique. L’intérêt est écologique bien sûr, paysager et aussi agricole car l’AOC Beaufort exige qu’une partie du fourrage donné à manger aux vaches laitières soit récolté localement. Le lait, et donc le fromage, est en outre beaucoup plus savoureux lorsque les vaches se nourrissent de fleurs qui contiennent les molécules aromatiques.

lire la suite
Point de vue

Vue vers la vallée de l'Arc

Au fond de cette vallée glaciaire, au profil typique « en auge », coule l’Arc, aux crues parfois titanesques, comme celle de 1957. Mais malgré cela, le chemin sur sa rive droite a pris le joli nom de « chemin du petit bonheur », seul accès à Bonneval-sur-Arc avant la construction de la route. Bonneval, dernier et plus haut village permanent de la haute Maurienne, à 1800 mètres, dont on distingue les premières maisons en bas de la photographie. Dans un tel relief, les terres agricoles se concentrent le long de la rivière -sur la surface la plus plate- pour les jardins et surtout pour les prairies de fauche. Le chemin mène de l’une à l’autre - les parcelles plus claires sont déjà fauchées. Les vaches, elles, broutent les versants plus abrupts en attendant de gagner leurs alpages en aval du Col de l’Iseran.

lire la suite
Point de vue

Vue sur l'entrée de Bonneval-sur-Arc

Le risque avalancheux structure en creux le paysage. L’implantation des villages anciens évitait en effet les lieux des précédentes avalanches dont le souvenir était entretenu. Après un temps d’oubli ou d’insouciance, l’urbanisme moderne reprend en compte cette mesure de protection passive en limitant la constructibilité et la circulation au vu de plans de prévention fondés sur des cartes de risques. L’ancienne entrée de Bonneval se trouve ainsi bornée par la menace d’avalanche.

lire la suite
Point de vue

Vue sur le hameau de l’Ecot

La déprise de l’activité agropastorale touche aussi l’habitat. Conservé ou non par les familles d’origine, ce patrimoine bâti fait l’objet de mesures réglementaires visant à en garder l’aspect originel, à défaut de la fonction. Ceux-ci n’empêchent pas la disparition des balcons suspendus de séchage pour des balcons terrasses solarium, et l’apparition de baies, de contrevents ou de doubles toitures répondant au confort moderne.

lire la suite
Petit patrimoine

Avant de partir, petit tour dans le hameau de l'Écot !

L'Écot était autrefois, au même titre que Bonneval, un hameau de Bessans. Au cœur de L'Écot se trouve la chapelle romane Sainte-Marguerite, qui  date du XIIe siècle. Si le hameau n’est plus habité aujourd’hui en permanence, il l’a été jusqu’en 1960 environ. De nombreuses maisons sont restaurées dans le respect de ce patrimoine bâti exceptionnel. À cette altitude, le bois étant rare, la pierre locale est utilisée des murs aux toitures.
lire la suite
Architecture

Le hameau de l'Écot

Le bois était devenue une denrée rare à Bonneval-sur-Arc, aussi les bâtisseurs d'hier ont utilisé la ressource la plus abondante dans cette haute vallée : la pierre. Murs, linteaux, toiture, abreuvoirs et même planchers intermédiaires était montés en lauzes ! Grâce à une sage restauration, le hameau de l'Écot se fond harmonieusement dans ce paysage. Parcourez les rues étroites et imaginez la vie d'antan lorsque le hameau était peuplé à l'année par les hommes et leurs bêtes...
lire la suite
Flore

Les prairies fleuries

Ces prairies de fauche sont essentielles pour les agriculteurs : elles leur permettent de subvenir aux besoins de leurs bêtes durant l'hiver. La fauche favorise la biodiversité et rend ces prairies très colorées au mois de juillet : combien d'espèces saurez-vous différencier ?
lire la suite
Architecture

Les granges à foin

Tout au long du cheminement jusqu'à la Duis, on aperçoit des granges : celles-ci servaient auparavant à stocker le foin. Leur architecture est particulière à la Haute-Maurienne : les gens du pays utilisaient les matériaux les plus disponibles localement comme la pierre. Ceci explique les murs en pierres sèches mais aussi le toit en lauzes. De grandes ouvertures permettaient d'entreposer aisément le foin, tandis que d'autres, plus petites, permettaient de l'aérer. Les granges et chalets sont souvent semi-enterrés sur leur partie haute pour se fondre dans la pente et ainsi se prémunir des avalanches hivernales.
lire la suite
Refuge

Lacs et refuge du Carro

Au pied du refuge du Carro du Club Alpin Français construit en 1925, se trouve une curiosité géologique : deux lac jumeaux, séparés par une moraine glaciaire, qui sont radicalement différents. Le lac Blanc a une couleur laiteuse, due aux eaux limoneuses du glacier situé en amont. Et le lac Noir est limpide, alimenté par des affleurements de gneiss... Tout est question de bassin versant ! Ne perturbez pas cet écosystème fragile par des apports de matière organique ! Les bouées ancrées au milieu servent au suivi scientifique mené par la fédération des pêcheurs et le parc national.
lire la suite

Description

Du Refuge des Fours jusqu’au Pont de la neige
Se diriger vers le ruisseau des Fours, proche du col de la Rocheure. A l’intersection, tourner plein est dans le vallon des Fours. A gauche, le sentier qui domine le lac du Grand fond descend en diagonale jusqu’au col. Le chemin cairné suit la croupe entre L’ouille de la Jave à droite et le lac de la Jave à gauche. 100m avant d’arriver au Pont de la neige, bifurquer au sud-est.

Vallon de la Lenta jusqu’à Bonneval-sur-Arc
Suivre le GR5 qui surplombe les gorges du ruisseau de la Lenta. Arriver à la maison cantonnale, traverser le pont et suivre le chemin à droite de la route goudronnée pendant 1,3km. Puis, traverser un autre pont, marcher 1km le long de la route sur la variante du GR5. Prendre le chemin main gauche qui zigzague en surplombant les prises d’eaux EDF du ruisseau. A l’altitude 1870m, prendre le sentier à droite pour rejoindre le centre du village de Bonneval-sur-Arc.

Bonneval-sur-Arc jusqu’à La Duis
De l’office du tourisme, suivre la direction de l’Ecot. Sortir du village en direction de “L’Ecot / refuge du Carro”. Quitter la route qui mène aux chalets d’alpage de La Duis situés en fond de vallée.

La Duis jusqu’au refuge du Carro
Depuis le lieu dit la Tuilière, arpenter le sentier qui enjambe 2 ruisseaux dont le premier passe par un pont en pierre construit en aval de la cascade des Montets. Atteindre l’embranchement du “sentier balcon”.
Départ : Refuge du Fond des Fours
Arrivée : Refuge du Carro
Communes traversées : VAL D'ISERE, BONNEVAL-SUR-ARC

Profil altimétrique


Recommandations

Possibilité de couper l’étape en 2 et de passer une nuit à Bonneval-sur-Arc.

Lieux de renseignement

Val d'Isère Tourisme

Immeuble le Thovex<br>Place Jacques Mouflier<br>B.P. 228<br>73155 Val-d'Isère,

http://www.valdisere.com

info@valdisere.com

04 79 06 06 60


Ouverture:
Du 29/08 au 25/09 : ouvert tous les jours (de 9h à 12h - 14h à 18h, le dimanche de 9h30 à 12h30 - 15h à 18h.).
Du 26/09 au 16/10 : ouvert tous les jours (de 9h à 12h - 14h à 18h, le vendredi de 8h30 à 12h - 13h30 à 17h30) sauf les samedis, dimanches.
Du 17/10 au 25/11 : ouvert tous les jours (de 9h à 12h - 14h à 18h, le dimanche de 9h30 à 12h30 - 15h à 18h).
Du 27/11 au 01/05 : ouvert tous les jours (de 8h30 à 19h30).
Du 02/05 au 12/06 : ouvert tous les jours (de 9h à 12h - 14h à 18h, le vendredi de 8h30 à 12h - 13h30 à 17h.) sauf les dimanches, samedis, 08/05.
Du 13/06 au 24/06 : ouvert tous les jours (de 9h à 12h - 14h à 18h, le dimanche de 9h30 à 12h30 - 15h à 18h.).
Du 25/06 au 28/08 : ouvert tous les jours (de 8h30 à 19h30).

Fiche mise à jour par Savoie Mont Blanc Tourisme le 28/03/2017
En savoir plus

Accès routiers et parkings

A Val-d’Isère, au rond-point de l’office du tourisme, tourner à droite et suivre « Vallée du Manchet ». Se garer au départ du télésiège du Manchet Express (la route est interdite à la circulation après le parking).

Stationnement :

Parking du télésiège du Manchet Express, Val d'Isère

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :