Les coteaux d'Aigueblanche (B12)
>>
Accueil
>
A pied
>
Les coteaux d'Aigueblanche (B12)
AIGUEBLANCHE

Les coteaux d'Aigueblanche (B12)

Architecture
Flore
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Un itinéraire pour partir à la découverte des coteaux d’Aigueblanche, à travers forêts et prairies, sans difficulté technique majeure.


Description

Parcours à la demi-journée en sous-bois et à travers prairies et vergers, idéal pour les marcheurs occasionnels et les familles actives.

La boucle remonte le village et entre dans un sous-bois permettant de rester au frais les jours de chaleur. Le sentier traverse ensuite Villoudry et monte tout droit vers Villargerel, alternant entre sous-bois et prairies, offrant ainsi de belles perspectives sur la vallée de la Tarentaise. Cette partie de la randonnée offre une vue sur la vallée du Morel et sa cascade de 82m, ainsi que le Cheval Noir (2832m) qui la domine. Après quelques portions de route, entrecoupées de passages sur des petits sentiers, le chemin amène au point culminant de la boucle : l’église baroque de Villargerel (845m), classée monument historique.

Une fois sorti de Villargerel, bifurquer à gauche vers la partie Est de Villoudry. Un agréable chemin conduit à Bellevue à travers bois, puis traverser Sous les Granges (510m). Après avoir longé la route départementale sur 300m, suivre la voie ferrée par le village jusqu’à dépasser le Plan du Truy (460m). Rejoindre le sentier en passant sous le pont routier. Pour retourner à Grand Cœur par le Chemin des Vignes, longer d’anciennes terrasses dédiées aux vignes sur un chemin bien aménagé avec quelques bancs.

  • Départ : Grand Coeur, parking de l'école
  • Arrivée : Parking de l'école, Grand Coeur
  • Communes traversées : AIGUEBLANCHE

Profil altimétrique


Recommandations

Itinéraire traversant la route à plusieurs reprises, rester vigilant.

Accès routiers et parkings

Depuis Albertville, RN90 (sortie 38), RD990A (rue de la Cassine), puis RD990 (prendre à gauche sous le pont), à droite sur rue de l'eglise, puis deuxième à gauche sur rue des Seigneurs de Cor, vous trouverez le parking 150m plus loin sur votre droite.

Depuis Moutiers, RN90 (sortie 37), puis RD990 jusqu'à l'entrée de Grand Coeur, première à gauche sur la rue de la Piat, puis tout droit jusqu'au parking.

Stationnement :

Parking de l'école, Grand Coeur

Les 2 patrimoines à découvrir

  • Histoire

    Eglise baroque Saint-Martin-de-Villargerel

    Le plan centré - en croix grecque - de cette église, construite de 1682 à 1685 par des maîtres-maçons du pays, lui donne une originalité toute particulière. Si elle est attachante dès son abord extérieur, c'est sans compter ses trésors intérieurs... Sitôt construite, l'église reçut à l'intérieur un décor mural, peint "a fresco", fort intéressant : ne manquez pas d'observer le retable situé au sud (à droite en entrant) qui a bénéficié de restaurations à la fin du XXe siècle : des "cariatides engainées" - bustes humains sans jambes visibles - supportent un entablement avec une frise richement décorée de fleurs, fruits et têtes d'anges. Des peintures imitant le point de Hongrie couvrent entièrement les murs de cette chapelle : une rareté dans la région !
    La coupole sur pendentifs est divisée en huit voûtains décorés au XIXe siècle de médaillons représentant les apôtres. La décoration de sa base allie stucs et peintures en trompe l’œil. Comme la fausse balustrade, tout est fait pour donner relief et perspective !
    Visite virtuelle à découvrir ici : https://drone-de-regard.fr/VR/FACIM/73_Aigueblanche_Villargerel.html
  • Savoir-faire

    Le chemin des vignes

    Les vignes d’Aigueblanche étaient autrefois très réputées et la qualité du vin reconnu notamment par la société royale Académique de Savoie (1845).
    Dès l'antiquité, les côteaux bien exposés servent à la culture de la vigne. Les principaux cépages sont à cette époque, la douce noir de le Bois, le guy noir, martincot, le gouche, le régentât et hyvernais de Tarentaise pour les rouges et la jacquère, le guy blanc, le gouais, le bellochin, le blanc verdun pour les blancs. Aux 18e et 19e siècle, les paysans de la vallée d’Aigueblanche achètent les droits féodaux sur l’élevage, les cultures, le bois et les vignes, détenus par l’archevêché et la noblesse.
    Chaque famille a sa cabane (sartos) pour ranger ses outils. En 1876 le phylloxera arrive en Savoie et détruit en grande partie le vignoble. Il fallu alors replanté un par un tous les ceps et beaucoup utilisent alors des plants direct,plus rustiques et supportant mieux le climat. C'est à cette période que sera aménagé le chemin des vignes actuel pour faciliter le travail de la vigne entre Grand-Coeur et Aigueblanche. Aujourd'hui une grande partie du vignoble est abandonné, seuls restent les terrasses et les sartos.