Tour du Mont Pourri : du Refuge d'Entre le Lac au Refuge de La Martin
>>
Accueil
>
A pied
>
Tour du Mont Pourri : du Refuge d'Entre le Lac au Refuge de La Martin
PEISEY-NANCROIX

Tour du Mont Pourri : du Refuge d'Entre le Lac au Refuge de La Martin

Faune
Point de vue
Refuge
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
La plus montagnarde et sauvage des cinq étapes de votre itinérance. De la Réserve Naturelle de Tignes-Champagny au Parc national de la Vanoise, vous randonnez dans des espaces alpins protégés.
L'itinéraire chemine parmi un paysage typique des milieux d'altitude : pelouses alpines rases, vallons et terrasses herbeuses, pierriers et cortège de petits lacs glaciaires.  Le Dôme de la Sache et le Mont Pourri, dans leur robe de glaciers, déroulent au loin une fresque lunaire et minérale. Pour peu que vous soyez attentifs, vous pourriez rencontrer sur votre parcours les hôtes discrets de ces grands espaces sauvages :  marmottes, gypaètes, bouquetins, chamois ou lagopèdes...

Description

Prendre le chemin qui part à gauche en amont du refuge d'Entre le Lac et rejoindre le GR5. À l'intersection prendre à gauche. Passer à proximité de la cabane des Mindières.
Continuer la descente. Passer à proximité des chalets d'alpage de la Plagne et prendre ensuite à droite vers le refuge de la Martin. Suivre le sentier, parfois moins marqué mais visible.
Passer en amont du chalet de la Sache. Suivre les cairns lorsque le chemin n'est que peu marqué.
Arrivé au col de la Sachette, suivre le sentier au nord-est direction Tignes, La Martin. Attention, en fin de printemps, un névé peu recouvrir le sentier juste après le col. Il conviendra de franchir ce névé avec du matériel adéquat ou de le contourner si possible.
Poursuivre sur le sentier jusqu’au sud du chalet de la Sache d’en bas, à la bifurcation rester sur le sentier de gauche et franchir le ruisseau de la Sachette au niveau de la passerelle. Poursuivre sur le sentier en rive gauche du torrent jusqu’au refuge de La Martin.
  • Départ : Refuge d'Entre le Lac
  • Arrivée : Refuge de la Martin
  • Communes traversées : PEISEY-NANCROIX, TIGNES et VILLAROGER

Profil altimétrique


Recommandations

L'itinéraire peut comporter des névés tardifs qui exigent de la vigilance et du matériel spécifique.
En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Refuge

    Le refuge d'Entre-le-lac

    À 2145 m d’altitude, au bord du lac de la Plagne, une ancienne bergerie, propriété de la commune de Landry, a été réhabilitée en refuge en 1980. Depuis, le berger qui exploite l’alpage y fait toujours étape, mais il est en plus gardé toute la période estivale, permettant d’accueillir pour couchage et restauration une quarantaine de personnes. Grâce aux deux vaches laitières sur place, les gardiens du refuge vous proposent quotidiennement des produits laitiers frais.
  • Pastoralisme

    Plan de la Grassaz

    En été, un troupeau de 300 génisses, élevées pour la production de viande, pâture la haute vallée du Ponturin. Il n'y a pas de vaches laitières car l'absence de piste pastorale ne permet pas le déplacement d'une machine à traire ni le transport du lait pour la fabrication du fromage. Le berger suit le troupeau et utilise les 4 chalets mis à sa disposition pour son logement (chalets du Varchet, de la Plagne, de la Sache et de la Grassaz).
  • Architecture

    Les chalets de la Plagne

    Le hameau de la Plagne comprend une bergerie, 2 étables, 2 ruines de halle, plusieurs murets et enclos en pierres sèches, 1 cave voûtée et une ancienne ruine au sud, témoin d’un alpage exploité de longue date. La cave comporte plusieurs pierres gravées, dont une datant de 1772. Les principaux bâtiments sont implantés dans la pente ce qui les protège des avalanches. Ils présentent encore au moins en partie un mortier traditionnel en « pierres à vue ».
  • Refuge

    La cabane PNV des Mindières

    La cabane PNV des Mindières a été construite en 2002, sur le rocher des Mindières à 2224 m, qui domine le Lac de la Plagne au nord-est. Cette cabane a remplacé le chalet des gardes du Berthoud, qui se trouvait à l'entrée et au nord du Plan de la Plagne, à 2100 m, et qui a été détruit par une avalanche venant du Dôme des Plattières en février 1999. Le chalet du Berthoud était un chalet Chaloin. Plusieurs refuges et cabanes de gardes sont de ce type (refuges du Fond des Fours, de la Leisse, de la Femma, de la Valette...). Au cours de cet hiver très enneigé, un bâtiment du refuge de Plaisance a été déplacé par une avalanche et le chalet d'alpage du Biol à Courchevel a été complètement détruit...
  • Faune

    Le traquet Tarier ou Tarier des prés

    Le Tarier des prés est un passereau insectivore qui prend ses quartiers d'été en Vanoise de mai à septembre. Il hiverne en Afrique et c'est un migrateur transsaharien dont l'aire de prédilection est la zone tropicale (Congo, Sénégal, Zambie…). Chez le mâle, qui chante joliment de manière sonore et variée, souvent perché sur un piquet, un rocher ou une tige sèche de rhubarbe des moines, c'est le large plastron roux orangé et le sourcil blanc sur fond noir qui attirent l'oeil et le distingue du Tarier pâtre
  • Faune

    Hermines

    Les hermines sont de petits mammifères de la famille des Mustélidés, comme les belettes ou les fouines. Elles sont présentes dans l'ensemble des zones tempérées et arctiques de l'hémisphère nord. Elles se distinguent des belettes par le bout noir de leur queue et par leur faculté à « se vêtir » de blanc en hiver. Cette adaptation, très utile pour se fondre dans leur environnement tapissé de neige, leur a valu une chasse et un élevage intensifs au Moyen-Age pour habiller la noblesse et les juges
  • Flore

    La Laîche faux pied d'oiseau

    Cette laîche de petite taille (autour de 4 à 5 centimètres) affectionne les terrains très calcaires, secs et peu végétalisés. Elle se plaît donc dans la partie sommitale du sentier qui mène au col de la Sachette. Cette espèce protégée se rencontre dans l'ensemble des Alpes et plus rarement dans les Pyrénées. Ses fleurs rudimentaires sont sur trois segments évoquant les trois doigts des oiseaux et sont portées par des pédondules courbés vers le sol. Avec ses feuilles vert foncé et luisantes en étoile, ils permettent son identification
  • Faune

    La Réserve Naturelle de Tignes-Champagny

    La Réserve Naturelle dite de Tignes-Champagny a été créée par arrêté ministériel du 24 juillet 1963 afin de protéger les milieux naturels et la flore et la faune associées, mais en tolérant le maintien d’équipements pour la pratique des sports d’hiver. Elle couvre une superficie de 1321 hectares sur les communes de Bonneval-sur-Arc, Champagny-en-Vanoise, Tignes et Val d'Isère. La gestion de cette Réserve est assurée par le Parc national de la Vanoise.
  • Glacier

    La glacier suspendu

    Ce glacier bien-nommé (à observer juste en-dessous du dôme de la Sache) est comme en équilibre, tant les pentes sont raides à ses pieds. Son destin est tout autant suspendu lorsque l’on sait que certains glaciers alpins perdent de 1 à 2 mètres d’épaisseur annuellement.
    Les anciens Tignards (habitants de Tignes) s’accordaient à penser que lorsque la Sache portait un bonnet de nuages ou de brouillard, cela annonçait que la météo allait se dégrader rapidement

  • Glacier

    Le "petit lait" du vallon de la Sache

    En période estivale, le ruisseau du vallon de la Sache a la caractéristique d'être de couleur "laiteuse". C'est la conséquence d'un phénomène d'érosion glaciaire : cette eau provient en effet des glaciers (notamment celui du Plan). Sa couleur vient des farines de roche provoquées par le raclage du glacier, qui sont entraînées par le courant lors de la fonte des glaces. C'est le cas également de la plupart des lacs glaciaires