Des barrages d'Aussois au Vallon de l'Orgère par le Col de la Masse
>>
Accueil
>
A pied
>
Des barrages d'Aussois au Vallon de l'Orgère par le Col de la Masse
AUSSOIS

Des barrages d'Aussois au Vallon de l'Orgère par le Col de la Masse

Géologie
Lac et glacier
Point de vue
Refuge
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Une randonnée tout-en-un : paysages idylliques, terrasses herbeuses, lacs d'altitude, bains de forêt et hauts sommets rocheux !
Sur cette étape du Tour de la Pointe de l'Echelle, vous parcourez des milieux aussi diversifiés qu'extraordinaires : le bleu profond du Lac de Plan d'Amont, la lumineuse forêt de l'Orgère aux arbres multi centenaires et le paysage lunaire du Col de la Masse. Là-haut, approchant les 3 000 m d'altitude, vous profiterez d'un panorama mémorable sur les Ecrins, le Mont Thabor, la Dent Parrachée et le Rateau d’Aussois.

Description

Passer au pied de l'imposant barrage de Plan d'Amont et suivre la piste carrossable le longeant pour atteindre la rive droite du lac.
Au Pont de la Sétéria, nul besoin de traverser le torrent mais prendre le sentier montant sur la gauche, matérialisé par un poteau signalétique.
A un tiers de la montée, laisser sur la gauche le sentier qui part au Col du Barbier et poursuivre l'ascension vers le Col de la Masse. Il est conseillé de suivre le balisage rouge et blanc jusqu'au col (poteau).
Sur le bas de la descente, au carrefour coté 2067 m, laisser le sentier à droite descendant directement dans le fond du Vallon de l'Orgère (piste) et rester sur celui en balcon qui vous permet de traverser la forêt par le sentier Nature.
Aux chalets en sortie de forêt, rejoindre votre lieu d'hébergement.
  • Départ : Barrages de Plan d'Amont - Plan d'Aval
  • Arrivée : Vallon de l'Orgère
  • Communes traversées : AUSSOIS et VILLARODIN-BOURGET

Profil altimétrique


Recommandations

En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Flore

    La rhodoraie

    Cet arbuste pare la montagne de ses plus belles couleurs dès le milieu du mois de juin jusqu'à la fin du mois de juillet. Rhododendron signifie en grec l'arbre rouge et son qualificatif ferrugineux vient de la couleur rouille du dessous de ses feuilles. Le rhododendron ne se plaît que dans les versants où la neige perdure, lui offrant ainsi une protection contre le gel.
  • Architecture

    Le barrage de Plan d'Amont

    Construit à l'issue de la seconde guerre mondiale pour subvenir aux besoins énergétiques du pays, ses eaux claires recouvrent un vallon anciennement utilisé pour l'agropastoralisme. Avec le barrage de Plan d'Aval, il devait constituer à l'origine un ensemble de trois barrages qui aurait dû ennoyer le vallon de Fond d'Aussois. La construction des deux barrages a nécessité la création d'une carrière d'extraction de matériaux, devenue l'actuel parking. Ces sites renferment un vaste réseau souterrain de conduites d'eau.
  • Flore

    La cembraie

    La cembraie est constituée du pin cembro (ou arolle). Son bois dur est utilisé en ébénisterie. Ses aiguilles longues et groupées par cinq le rendent facilement reconnaissable. Les montagnards consomment ses cônes ou ses graines, concurrençant ainsi le casse-noix moucheté. Le pin cembro grimpe jusqu'à 2300 m d'altitude et affectionne les terrains acides et des orientations variées. Associé au rhododendron, aux myrtilles et aux airelles, il constitue, dans l'étagement montagnard, la « zone de combat ».
  • Petit patrimoine

    Le Parc national de la Vanoise

    « Voici l'espace. Voici l'air pur. Voici le silence. Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves... » C'est avec ces mots que Samivel écrivait les commandements du Parc national à sa création en 1963. Vous entrez dans un espace protégé, « le grand jardin des français », qu'il vous appartient de respecter. La réglementation figure sur les différents panneaux mis à l'intention des randonneurs.
  • Point de vue

    Le fond d'Aussois et les barrages

    Les deux lacs de barrages occupent l'emplacement de deux anciens alpages. Un projet de troisième lac devait ennoyer l'alpage de Fond d'Aussois. Ces trois plateaux successifs sont des comblements d'ombilic glaciaire. Trois lacs peu profonds devaient exister à la fonte des glaciers. Ils ont été comblés par des dépôts fluvio-lacustres pour ensuite devenir d'accueillants alpages. La photo montre les deux alpages de Plan d'Aval et Plan d'Amont traversés par le paisible torrent du Saint-Benoit.
  • Faune

    Les bouquetins en été

    Durant l'été, les bouquetins montent en altitude pour rechercher de la fraîcheur. Regroupés par sexes, les mâles passent la majeure partie de la journée à se reposer à l'ombre d'un rocher, et ne sont actifs que le soir ou le matin, période durant laquelle ils profitent de la fraîcheur pour s'alimenter. Les femelles, appelées étagnes, consacrent leur temps à l'élevage des jeunes sur des falaises souvent escarpées, comme celles située en rive gauche lors de la descente du col de la Masse. Si vous êtes équipés de jumelles, vous pourrez sans doute apercevoir des femelles couchées sur les vires herbeuses, tandis que les cabris batifolent sans se soucier des à-pics qui les entourent.
  • Faune

    Le chamois

    Animal emblématique des Alpes, le chamois ou « chèvre des rochers » porte de courtes cornes noires et crochues. Comme le bouquetin, il est plus facilement observable avec des jumelles. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes ; a contrario, les boucs restent plutôt isolés pour ne rejoindre les femelles qu’à la saison des amours. L’hiver, le chamois aspire à beaucoup de tranquillité car il va survivre en économisant ses réserves de graisse.
  • Flore

    L'éritriche nain

    Parmi le cortège floristique de plantes naines recouvrant les crêtes ventées, le roi des Alpes prédomine. Il n'en fallait pas plus pour que ce bleu vif prenne la dénomination de "bleu roi". Ses jolies fleurs bleues se trouvent très haut en altitude jusqu’à 3750 m, toujours groupées en coussinet, blotties dans les interstices rocheux des crêtes dénudées, souvent en compagnie de génépi et d’androsaces. Ce petit myosotis peut vivre des dizaines d’années. L’éritriche nain a été nommé ainsi par le botaniste Schrader en raison de son aspect velu, soyeux : en grec, erion signifie laine et thrix, cheveux.
  • Faune

    Le lièvre variable

    Surnommé blanchot ou blanchon, il possède un pelage d'été brun rocaille, et un pelage d'hiver tout blanc à l'exception de la pointe de ses oreilles. Plus petit, et plus rond que le lièvre d'Europe, le lièvre variable a également des oreilles plus courtes et un poil plus épais pour limiter les déperditions de chaleur. Ses pattes postérieures plus larges, font office de raquettes à neige, lui permettant ainsi de se déplacer facilement sur la neige.
  • Flore

    Le silène acaule

    Cette plante d'altitude, facile à reconnaître par sa couleur violette, a également la particularité de pousser en coussinet. Cette singularité propre à plusieurs espèces de haute montagne est très utile pour résister au froid et au vent. Ce coussinet dont les plus âgés peuvent atteindre plus de 50 ans, contribue la création d'un micro-écosystème qui sera ensuite exploité par d'autres espèces végétales, contribuant ainsi à la colonisation des végétaux.