Sentier balcon de la Turra à la Loza : immersion au cœur de la Vanoise
>>
Accueil
>
A pied
>
Sentier balcon de la Turra à la Loza : immersion au cœur de la Vanoise
VAL-CENIS

Sentier balcon de la Turra à la Loza : immersion au cœur de la Vanoise

Faune
Pastoralisme
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Un sentier bucolique et varié qui serpente à travers les bruyères colorées, puis progresse en balcon au pied de la majestueuse Dent Parrachée.
" Les promontoires que constituent la Turra d'Aussois et la Croix de la Loza ont toujours été pour moi des postes privilégiés pour observer les rapaces. On peut y admirer les aigles et gypaètes barbus s'élevant sans trop d’efforts en utilisant les courants ascendants. " Karine Moussiegt, garde-monitrice du Parc National de la Vanoise.

Description

Partir du parking de l'église de Sardières. Prendre le sentier au Nord-Est du village en direction du vallon et du torrent de Villeneuve. Laisser plusieurs sentiers partant sur la gauche et monter progressivement en forêt pour rejoindre et traverser le vallon de Villeneuve en direction de la Loza. Franchir la limite du cœur du Parc National vers 1980 m d'altitude et finir l'ascension en traversant les alpages vers la Croix de la Loza. Rejoindre alors le GR 5 et prendre la direction de la Turra d'Aussois en restant sur ce sentier balcon. Sous la Turra, quitter le GR 5 en prenant l'une des deux variantes possibles pour redescendre sur Aussois et la source de Fournette. Depuis cette dernière, prendre la direction du Monolithe puis du village de Sardières.
  • Départ : Parking de l'église de Sardières
  • Arrivée : Parking de l'église de Sardières
  • Communes traversées : VAL-CENIS et AUSSOIS

Profil altimétrique


Recommandations

L'itinéraire est long et croise plusieurs autres sentiers. Il est donc nécessaire de se munir de cartes et de bien préparer son cheminement avant de partir.
En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Lieux de renseignement

Bureau d'Information Tourisque Val Cenis Sollières

Musée d'Archéologie, 73500 Sollières-Sardières

https://www.valcenis.cominfo@hautemaurienne.com04 79 05 99 06

Point info Parc national de la Vanoise - Modane

Maison cantonale - Place sommeiller, 73500 Modane

https://www.vanoise-parcnational.fr04 79 62 30 54

Transport

Desserte ferroviaire jusqu'à Modane. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Puis transport en autocar jusqu'à Sardière. Renseignements : www.transavoie.com
Proposition d'auto-stop organisé sur la vallée de Haute-Maurienne. Renseignements : www.rezopouce.fr

Accès routiers et parkings

Depuis Modane, prendre la route d'Aussois puis poursuivre vers Sollières-Sardières. Le parking est situé à côté de l'église au hameau de Sardières.

Stationnement :

Parking de l'église à Sardières

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Flore

    La bruyère des neiges

    La bruyère des neiges (Erica carnea) tient son nom de sa floraison rose précoce en mai. Elle fait partie de la famille des  Ericacées, comme la myrtille ou l'airelle. C'est une plante protégée en Région Rhône-Alpes, très rare à l'échelle nationale mais commune en Maurienne. Elle peut atteindre des altitudes records. En début d'été, pour peu qu'il ait fraîchement neigé, vous pourrez cheminer dans une véritable toile impressionniste.
  • Point de vue

    Croix de la Loza

    La Croix de La Loza culmine à 2377 m d'altitude au sommet d'un dôme herbeux parfaitement arrondi. De là, un large panorama s'offre au randonneur sur la Haute Vallée de la Maurienne. Mais là où le spectacle est le plus grandiose, c'est lorsque le regard se tourne vers le nord-ouest. Le randonneur peut alors scruter dans ses moindres détails la face sud de la Dent Parrachée (3697 m), toute proche. Harmonie de formes rocheuses et de couleurs : on se sent tout petit !
  • Eau

    Galerie EDF

    Vers 2000 m d'altitude, dans le vallon de Villeneuve, une construction rectiligne indique la présence d'une galerie souterraine de 16,8 km de longueur : depuis 1941, cette conduite achemine les eaux du Doron de Termignon, depuis Entre-Deux-Eaux jusqu'au barrage de Plan d'Aval, sur la commune voisine d'Aussois.
  • Flore

    Forêt d'adret

    L'adret est le versant d'une vallée de montagne qui reçoit le plus d'ensoleillement. L'adret est plus ensoleillé et moins froid en hiver. Mais il peut y faire très chaud et sec en plein été ! Les forêts sèches occupent une place importante au sein du Parc national, surtout dans la vallée de la Maurienne, où se situent les versants sud de la Vanoise. Les essences qui les composent sont le pin sylvestre, l'épicéa, le pin à crochets.
  • Flore

    Végétation couloir d'avalanche

    Dans le vallon de Villeneuve, on se trouve dans un environnement sauvage dominé par de grandes barres rocheuses en amont et une impression de forme d'entonnoir vers l'aval. La végétation constituée de pins à crochets rachitiques témoigne des pressions exercées par les avalanches.
  • Petit patrimoine

    Alpage de la Loza

    C'est un troupeau de moutons du village de Sollières qui a ses quartiers d'été sur l'alpage de la Loza. Depuis le retour du loup et pour favoriser le gardiennage, un chalet en bois a été construit et abrite le berger qui assure ainsi une présence quotidienne. Dominé par la Dent Parrachée, l'alpage de la Loza bénéficie d'un contrat entre l'éleveur, la chambre d'agriculture et le Parc pour mener des mesures agro-environnementales conciliant pastoralisme et protection d'espèces.
  • Faune

    L'aigle royal

    Si vous voulez observer un aigle royal (Aquila chrysaetos), il faut écouter les marmottes. Ces rongeurs constituent 80 % de son alimentation pendant l'été. Quant l'aigle apparaît dans le ciel, l'alerte est donnée par un seul cri strident et puissant. Les marmottes disparaissent alors dans leurs terriers : il ne vous reste plus qu'à scruter le ciel ! L’aigle royal compte parmi les espèces rares et protégées d' Europe. Sa grande taille (2,25 m d'envergure), sa coloration sombre et ses ailes rectangulaires permettent de l’identifier aisément. Aux heures chaudes de la journée,  il tournoie régulièrement dans les airs, profitant des courants ascendants pour s’élever. En vol, les pointes de ses ailes sont bien relevées, sa queue est en forme d'éventail. Grâce à son excellente vue, l'aigle royal scrute les environs à la recherche d’une marmotte, d'un lièvre ou autre rongeur. 
    Pour chasser, il va effectuer des accélérations proches du relief et attraper sa proie par surprise au détour d'un obstacle naturel. Le nid du rapace (appelé « aire »)  se situe souvent de l'autre côté de la vallée, dans une barre rocheuse, à une altitude inférieure au terrain de chasse pour que les proies soient faciles à ramener par gravité.
  • Géologie

    Roc des Corneilles

    À mi-chemin entre Loza et Turra, on découvre le roc des Corneilles, rocher en cargneule caractéristique bien pointu situé 200 m au-dessus du GR 5. Son originalité vient de ce qu'il est traversé d'une grosse brèche en forme de croissant d'où son surnom de « trou de la lune ». De là, on a une belle vue sur le Rateau d'Aussois. Si on se sent prêt, il est possible  d'y accéder en quittant le GR et en suivant la croupe herbeuse au nord du point côté 2456 m sur la carte IGN. Les fameuses Corneilles pourraient très bien être en réalité des groupes de chocards à bec jaune, oiseau typique des reliefs d'altitude au comportement grégaire et au vol acrobatique.
  • Faune

    Le chamois

    De 22 à 40 kg, les chamois sont les plus petits caprinés sauvages des Alpes. Leurs cornes d'un noir ébène en forme de crochet et leur masque blanc rayé de noir permettent de les reconnaître aisément. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes. Avec un peu de chance, vous pourrez voir les petits jouer sur un névé sous l’œil attentif de leurs mères qui les rassemble en « nurserie » pour mieux en assurer la garde. En dehors de la période du rut, en novembre, les mâles solitaires restent à l’écart des hardes de femelles, de jeunes et de cabris.

    Nerveux et farouche, le chamois est remarquablement adapté au terrain montagnard, capable de gagner 1000 m de dénivelé en moins de quinze minutes. Il occupe des milieux variés : pentes boisés, pelouses alpines, pierriers et névés sur lesquels il se rafraîchit souvent aux heures chaudes de l’été. Ouvrez grand les yeux, sortez les jumelles, et surtout écoutez la montagne ; ce sont parfois quelques pierres qui roulent qui permettent de repérer la présence de ces animaux.
  • Flore

    La campanule alpestre

    Sur le sentier en redescendant de la Turra, versant Aussois, ouvrez bien les yeux et cherchez la Campanula alpestris ! Cette grosse cloche bleu mauve à tête penchée, velue, hissée au sommet d'une tige inversement minuscule, fleurit en juillet- août. C'est une campanule qui aime les éboulis de schistes et de calcaires. Elle est rare et protégée en France.