Tour de la Vuzelle : la Vanoise secrète
>>
Accueil
>
A pied
>
Tour de la Vuzelle : la Vanoise secrète
PRALOGNAN-LA-VANOISE

Tour de la Vuzelle : la Vanoise secrète

Faune
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Cette randonnée conduit les amoureux de pleine nature au cœur d'un espace sauvage constellé d'alpages, forêts et moraines. 
La randonnée du Tour de la Vuzelle est à la fois une expérience sportive et contemplative ! L'itinéraire déroule alpages et forêts, avant de découvrir un magnifique cirque minéral, vestige des glaciers disparus. En chemin, à ne pas manquer : l'hospitalité et la convivialité du refuge du Grand Bec ou encore la spectaculaire Cascade de la Vuzelle, nichée sous la pointe éponyme et classée au patrimoine naturel.

Description

Depuis Pralognan-la-Vanoise, prendre le téléphérique du Bochor et suivre le sentier jusqu'au col de Leschaux, puis suivre le sentier direction « refuge du Grand Bec ». Après la nuit au refuge, prendre le sentier qui redescend en vallée, au nord, direction « Plan Fournier ». Après 450 m de dénivelé négatif, à la 1ère bifurcation, prendre le sentier de gauche ; suivre la direction « Mont Chevrier / Pralognan-la-Vanoise ». Après 300 m de dénivelé négatif, à l'intersection du bois du Touros, prendre le chemin qui part au sud. Après 250 m de sentier « plat descendant », prendre à cette intersection le chemin qui file à plat. Environ 300 m après, traverser le ruisseau de la Vuzelle. 150 m après ce ruisseau, prendre à l'intersection dans la clairière, le chemin de gauche qui monte (390 m), jusqu'au passage de crête du Mont Chevrier. À la 1ère intersection, prendre le sentier du bas. À la 2ème intersection, prendre le sentier de gauche et suivre la direction « Pralognan-la-Vanoise ». Sur les 2 intersections suivantes, suivre la branche de gauche. À l'intersection suivante, prendre le sentier de droite qui descend. Après le talweg de la combe des Pariettes, prendre le sentier qui descend la combe. Après environ 600 m de marche, prendre la route goudronnée jusqu'au centre du village de Pralognan.
  • Départ : Gare de départ du téléphérique du Bochor
  • Arrivée : Église du village
  • Communes traversées : PRALOGNAN-LA-VANOISE et PLANAY

Profil altimétrique


Recommandations

Attention la traversée du sentier entre l'aiguille du Bochor et le col de Leschaux est aérienne et peut présenter des névés tardifs. Il est préférable de réaliser ce tour tard en saison, pas avant fin juillet. Réserver votre nuitée au refuge et votre pique-nique pour le 2e jour.

Lieux de renseignement

Maison du Parc national de la Vanoise - Pralognan

Maison de la Vanoise, Avenue Chasseforêt, 73710 Pralognan-la-Vanoise

https://www.vanoise-parcnational.frinfo.pralognan@vanoise-parcnational.fr04 79 08 71 49

Office de Tourisme de Pralognan-la-Vanoise

290 avenue de Chasseforêt, 73710 Pralognan-la-Vanoise

https://www.pralognan.cominfo@pralognan.com04 79 08 79 08

Transport

Desserte ferroviaire jusque Moûtiers. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Puis transport en autocar jusqu'à Pralognan-village. Renseignements :www.transavoie.com

Accès routiers et parkings

RD 915 jusqu'à Pralognan-la-Vanoise

Stationnement :

Centre village, Pralognan-la-Vanoise

En savoir plus


Les 10 patrimoines à découvrir

  • Pastoralisme

    Leschaux

    Vous êtes au col de Leschaux, surplombant sur son adret le ravin éponyme. Le terme « leschaux » vient probablement du pré-roman « calmis » qui se traduit par « pâturage », « prairies » ou encore par « alpe ». 
  • Flore

    Lycopode alpin

    Le lycopode alpin (Diaphastrum alpinum) est lié à la lande rase, sèche, à plage de sol nu à éricacées (bruyère). C'est une espèce artico-alpine, qui comme l'adjectif la qualifiant, est originaire du nord de l'Europe. Elle a trouvé refuge en altitude dans les Alpes, lors du réchauffement climatique qui a eu lieu après la dernière glaciation. C'est une espèce protégée en France. En dehors de l'automne où ses tiges reproductives - vert clair - sont visibles, elle reste peu détectable à l’œil néophyte.
  • Faune

    Lagopède alpin

    La perdrix des neiges, autre nom du lagopède alpin, est elle aussi une espèce artico-alpine. Elle est inféodée aux milieux des moraines, éboulis et pelouses rases d'altitude. Elle fait partie des galliformes de montagne comme le tétras-lyre, la gélinotte des bois ou la perdrix bartavelle chère à Marcel Pagnol. En adaptation aux rigueurs hivernales, elle troque son plumage gris d'été pour un blanc uni, a les pattes couvertes entièrement de plumes et se tient dans un igloo durant les froids intenses.
  • Flore

    Androsace alpine

    L'androsace alpine (Androsace alpina) est une espèce protégée au niveau national. Elle aime les éboulis fins et les moraines, sur sol siliceux. Son record altitudinal est de 3350 m à Bessans. Les prospections des garde-moniteurs du Parc national de la Vanoise ont permis de la localiser sur tous les territoires potentiels… et de répertorier 50 % des populations connues en France. 
  • Pastoralisme

    Alpage de la Vuzelle, hier et aujourd'hui

    L'alpage de la Vuzelle est l'un des 3 alpages communaux de Planay. Historiquement, il recevait une partie des vaches laitières des hameaux et le fromage était fabriqué sur place en été. Actuellement, seul un troupeau de génisses occupe le lieu en été. Particularité montagnarde, certaines communes possèdent des alpages sur des communes plus en altitude, ainsi la commune de Planay possède les alpages de Ritort et des Nants sur celle de Pralognan-la-Vanoise.
  • Faune

    Casque et gilet obligatoire

    Vous traversez une zone de combat ! Rien d'alarmant, c'est une zone où la forêt colonise, petit à petit, les landes à rhododendrons. Cette zone en limite supérieure de forêt est un habitat essentiel du tétras-lyre (Tetrao tetrix). En effet, cette zone réduite lui permet tour à tour de nicher (couvert semi-ligneux), d'élever les jeunes (insectes, baies et graminées), de se nourrir à l'automne (myrtille) voire en hiver (bourgeon des arbres) et d'accueillir ses parades nuptiales. Le gîte et le couvert.
  • Faune

    Des locataires qui se suivent

    Dans les pessières qui vous font face, deux oiseaux utilisent successivement le même nid. En effet, dans les gros épicéas, le pic noir (Dryocopus martius) creuse son nid, une loge, directement dans le tronc en l'évidant. Après une saison de reproduction, le pic abandonne sa loge. La chouette de Tengmalm lui succède alors l'année d'après, afin de pondre à son tour et d'élever sa progéniture. Ainsi, pas de vieux épicéas, pas de pic noir ; pas de pic noir, pas de chouette de Tengmalm !
  • Faune

    Cortège des mésanges

    Différents milieux se côtoient sur ce parcours : pessière, aulnaies, forêt mixte avec feuillus. Ainsi, la guilde des mésanges présente une palette complète d'espèces comme la mésange charbonnière (la plus grande), la mésange noire, la mésange huppée où encore la gracile mésange à longue queue. Il arrive souvent que durant l'hiver, toutes ces espèces se regroupent en bandes importantes (plusieurs dizaines d'individus) afin de mieux se protéger de leurs prédateurs ailés (chevêchette d'Europe ou épervier).
  • Eau

    Cascade du Ruisseau de la Vuzelle

    Les cascades de la Vuzelle récoltent l'eau du bassin versant qui va du Grand Bec jusqu'à la pointe de Leschaux, en passant par la pointe du Creux Noir. Conseil : en montagne, ne pas se fier à la fraîcheur d'une eau et sa limpidité pour la boire. En effet, le cadavre d'un ongulé sauvage ou domestique, dans le bassin versant, peut amener une prolifération de bactéries... invisibles à l’œil ! Ceci étant, la contemplation d'une cascade reste toujours un moment d'apaisement intérieur...
  • Point de vue

    Point de vue depuis le mont Chevrier

    En redescendant dans l'axe de la vallée, vous observez le mont Jovet (alt. 2558 m), à sa droite devant vous, vous l'avez reconnue : l'aiguille de la Vuzelle (alt. 2573 m). À l'arrière du village de Pralognan-la-Vanoise, on admire les glaciers de la Vanoise, plus grande calotte glaciaire continentale européenne avec près de 1960 ha, qui culmine au dôme de Chasseforêt, à 3586 m. En revenant vers l'ouest, les dents de la Portetta et la crête du mont Charvet vous ramènent plein nord à la dent du Villard (cachée).