Tour du Rateau d'Aussois
>>
Accueil
>
A pied
>
Tour du Rateau d'Aussois
VILLARODIN-BOURGET

Tour du Rateau d'Aussois

Faune
Flore
Pastoralisme
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Cette randonnée d'altitude vous fera découvrir la haute montagne avant de vous ramener progressivement à votre point de départ par un long sentier panoramique à travers les alpages et la forêt.
Après quelques lacets dans les alpages, vous serez surpris de rencontrer un paysage minéral spécifique à la haute altitude. Pourtant en pénétrant l'intimité des lieux, on en découvre toutes les richesses : des fleurs aux couleurs chatoyantes, une faune discrète mais omniprésente. Partir à la rencontre des  bouquetins, surprendre un lagopède ou un lièvre variable ou apercevoir un gypaète barbu, voici tout ce qui peut vous arriver sur cet itinéraire.

Les 28 patrimoines à découvrir
Histoire

Le vallon de l'Orgère

Orgère : lieux où on cultivait l'orge. Aux siècles passés, les besoins en pâturages, en prairies de fauche, en terres de culture sur les zones planes ou peu accidentées contraignent l’homme à déboiser, même en altitude. La rive droite du vallon, présentant un profil plus doux, a été la plus exploitée. Les rochers qui encombrent les parcelles sont mis régulièrement en tas, pour former des monticules de pierres qui subsistent encore dans le vallon. Utilisé durant la belle saison, le vallon était animé par une quinzaine de familles et leur petit troupeau.
lire la suite
Faune

Le cerf élaphe

Du fait de la chasse et de l'exploitation forestière, le cerf avait disparu des forêts de Savoie. Réintroduit entre 1958 et 1973, il s'est remarquablement adapté au milieu montagnard pour former actuellement une très belle population. En automne, le rut donne lieu à de spectaculaires combats entre mâles mais ce sont surtout les cris rauques et puissants des cerfs qui animent le vallon. Profitant de la tranquillité des lieux, les animaux brament pratiquement tout au long de la journée.
lire la suite
Faune

La petite tortue

Précoce, la petite tortue ou vanesse de l'ortie, est le premier papillon à fréquenter les fleurs à peine sorties de la neige. Ses chenilles se nourrissent uniquement d'orties sur lesquelles on peut les voir amassées en paquets, avec leurs deux bandes jaunes sur le dos. Le papillon a, quant à lui, le dessus des ailes orange vif, incrusté d'ébène et ourlé de lunules bleues cernées de noir.
lire la suite
Flore

Les couleurs de l'automne

Si vous en avez la possibilité, faites cette randonnée en automne. Le mélézin se pare de ses belles couleurs or. Les fruits des massifs d'épilobe en épi s'ouvrent pour libérer une multitude de graines surmontées d'une aigrette de soie blanche comme la neige. Et plus haut, en ubac, les landes à myrtille prennent leur belle couleur rouge. Les alpages, sous l'effet des premières gelées, se parent de jolies couleurs chaudes qui tranchent avec le blanc des premières neiges qui couvrent les sommets.
lire la suite
Faune

Le tétras-lyre

Hôte de la limite supérieure de la forêt alpine et de la lande à myrtille et rhododendron, le tétras lyre est également appelé petit coq de bruyère. Très discrète, grâce à son plumage brun homochromique, la femelle sera très difficile à repérer. Avec son plumage noir et sa queue en forme de lyre à laquelle il doit son nom, le mâle l'est beaucoup moins. Surtout au printemps où les coqs se livrent dès le lever du jour à des parades nuptiales spectaculaires au cours desquelles alternent des phases de combat et des moments d'intimidation faits de roucoulements et de chuintement puissants.
lire la suite
Architecture

Les chalets

Quand la plupart des zones plates, plus propices à l’installation de chalets étaient occupées, il fallait construire dans la pente, dans des secteurs plus exposés aux avalanches. Certains chalets ont donc dû adopter une architecture spécifique leur permettant de résister aux avalanches : semi-enterrés, orientés dans le sens de la pente et protégés par un éperon de protection dénommé « tourne ».
lire la suite
Faune

La marmotte

Vigie des alpages, elle vous apercevra bien souvent avant que vous ne la voyez et signalera votre présence par un cri strident, à moins qu'elle ne veuille avertir ses congénères de l’arrivée d'un aigle. Omniprésente sur la partie basse du parcours, souvent curieuse, elle fait la joie des randonneurs petits et grands qui visitent le vallon. Surtout ne les nourrissez pas ! Les aliments, inadaptés à leurs besoins, nuisent à leur santé et à leur survie.
lire la suite
Flore

L'arnica des montagnes

Véritable petit soleil, cette fleur jaune aux faux airs de marguerite est assez commune dans la lande et les pelouses subalpines. Surtout connu pour pour ses propriétés médicinales, utilisé en onction, l'arnica est très efficace dans la résorption des hématomes. Mais attention à ne pas l'avaler car cette jolie fleur se révèle un poison très dangereux, voire mortel.
lire la suite
Faune

Le bouquetin des Alpes, un survivant

C'est l’espèce emblématique du Parc national de la Vanoise, qui fût même à l'origine de sa création. Pratiquement disparu de toutes les Alpes, il ne subsistait en France que quelques petits noyaux de population en Maurienne, dont un sur les contreforts de l'aiguille Doran. Grâce à la création du Parc national, puis un long travail de protection et de réintroduction, cette espèce a réussi à recoloniser de nombreux massifs des Alpes françaises.
lire la suite
Faune

Le lagopède alpin

Également appelé perdrix des neiges, cet oiseau, relique d'un âge glaciaire révolu se montre parfaitement adapté à la vie en haute montagne. Son plumage change totalement au cours des saisons pour lui permettre de mieux se fondre dans son environnement. D'un blanc quasi immaculé en hiver, il devient progressivement gris-brun en été, comme les éboulis qu'il fréquente. Sa confiance en sa capacité à rester invisible en fait un animal peu farouche. Cet oiseau étant principalement marcheur, l'évolution a recouvert ses doigts de plumes pour éviter les pertes de chaleur et lui permettre de progresser sur la neige sans s'enfoncer.
lire la suite
Col

Le col de la Masse

Sommet du circuit, le col de la masse offre un panorama à 360° avec au sud les Écrins, la Meige et le Pelvoux, au nord la pointe de l'Échelle, au nord-est les glaciers de la Vanoise et la dent Parrachée, et tout au fond, à l'est, l'Albaron !
lire la suite
Flore

Le silène acaule

Cette plante d'altitude, facile à reconnaître par sa couleur violette, a également la particularité de pousser en coussinet. Cette singularité propre à plusieurs espèces de haute montagne est très utile pour résister au froid et au vent. Ce coussinet dont les plus âgés peuvent atteindre plus de 50 ans, contribue la création d'un micro-écosystème qui sera ensuite exploité par d'autres espèces végétales, contribuant ainsi à la colonisation des végétaux.
lire la suite
Faune

Le lièvre variable

Surnommé blanchot ou blanchon, il possède un pelage d'été brun rocaille, et un pelage d'hiver tout blanc à l'exception de la pointe de ses oreilles. Plus petit, et plus rond que le lièvre d'Europe, le lièvre variable a également des oreilles plus courtes et un poil plus épais pour limiter les déperditions de chaleur. Ses pattes postérieures plus larges, font office de raquettes à neige, lui permettant ainsi de se déplacer facilement sur la neige.
lire la suite
Flore

L'éritriche nain

Parmi le cortège floristique de plantes naines recouvrant les crêtes ventées, le roi des Alpes prédomine. Il n'en fallait pas plus pour que ce bleu vif prenne la dénomination de "bleu roi". Ses jolies fleurs bleues se trouvent très haut en altitude jusqu’à 3750 m, toujours groupées en coussinet, blotties dans les interstices rocheux des crêtes dénudées, souvent en compagnie de génépi et d’androsaces. Ce petit myosotis peut vivre des dizaines d’années. L’éritriche nain a été nommé ainsi par le botaniste Schrader en raison de son aspect velu, soyeux : en grec, erion signifie laine et thrix, cheveux.
lire la suite
Faune

Le chamois

Animal emblématique des Alpes, le chamois ou « chèvre des rochers » porte de courtes cornes noires et crochues. Comme le bouquetin, il est plus facilement observable avec des jumelles. Les chèvres et éterlous (jeunes mâles d'un an) aiment à constituer de grandes hardes ; a contrario, les boucs restent plutôt isolés pour ne rejoindre les femelles qu’à la saison des amours. L’hiver, le chamois aspire à beaucoup de tranquillité car il va survivre en économisant ses réserves de graisse.
lire la suite
Faune

Les bouquetins en été

Durant l'été, les bouquetins montent en altitude pour rechercher de la fraîcheur. Regroupés par sexes, les mâles passent la majeure partie de la journée à se reposer à l'ombre d'un rocher, et ne sont actifs que le soir ou le matin, période durant laquelle ils profitent de la fraîcheur pour s'alimenter. Les femelles, appelées étagnes, consacrent leur temps à l'élevage des jeunes sur des falaises souvent escarpées, comme celles située en rive gauche lors de la descente du col de la Masse. Si vous êtes équipés de jumelles, vous pourrez sans doute apercevoir des femelles couchées sur les vires herbeuses, tandis que les cabris batifolent sans se soucier des à-pics qui les entourent.
lire la suite
Faune

Le gypaète barbu

En plus de sa très grande envergure (presque 3 m), le gypaète barbu en impose aussi par son poitrail couleur de feu au stade adulte. En fait il colore  son poitrail en se baignant dans les sources d'eau ferrugineuse. Autres particularité : il se nourrit de la moelle d'os d'animaux morts. Pour accéder à cette moelle, il emporte les os dans ses serres et les lâche sur des cailloux afin de les briser, c'est aussi pour cela qu'on l'appelle le casseur d'os. Très grand planeur, il n'est pas rare de le voir passer au dessus de l'alpage du Barbier pour profiter des courants thermiques des versant sud.
lire la suite
Pastoralisme

Les chèvres et les moutons

Sur cet alpage du mauvais berger se trouvent des chèvres et des moutons. Les chèvres sont des laitières qui redescendent le soir pour être traites. Leur lait servira à la fabrication locale de fromage. Les agneaux et les brebis sont eux destinés à la filière viande. Les agneaux naissent vers le mois de mars et grandissent tout l'été dans l'alpage. Seules les brebis reproductrices seront conservées en bergerie l'hiver. Le troupeau du Mauvais berger est constitué par des animaux de plusieurs propriétaires. La mise en commun permet de diviser les coûts de gardiennage du troupeau.
lire la suite
Pastoralisme

Le chien patou

Le retour naturel du loup a bouleversé les pratiques pastorales. Les éleveurs, pour protéger leur troupeau, ont mis en place des mesures de protection : la présence d'un berger pour surveiller les brebis ainsi que la mise en place de parcs. Pour compléter ce dispositif, les chiens patous, dont l'utilisation est séculaire ont retrouvé les alpages. Le mot patou désigne la fonction protectrice du chien et non sa race. En général, les chiens utilisés sont des bergers des Pyrénées. Le patou protège le troupeau contre tout ce qu'il considère comme un prédateur dont le loup.
lire la suite
Faune

Le loup

Le loup présent dans la vallée vient d'Italie et s'appelle donc loup des Abruzzes. Il se distingue par son masque blanc et un trait noir sur le tibia. Le loup vit en meute de 2 à 5 individus en moyenne. Le loup est un carnivore se nourrissant principalement d'ongulés tel le cerf ou le chamois. Dans une meute, seul le couple dominant se reproduit. Les louveteaux naîtront dans une tanière à la fin du printemps. Même si l'habitat préférentiel du loup reste la forêt, il s'aventure en été dans les alpages pour rechercher les proies faciles tels que les troupeaux de mouton.
lire la suite
Col

Col du Barbier

Après une courte portion montante, le col du Barbier nous dévoile toute la basse Maurienne, avec une vue sur les aiguilles d'Arves, mais aussi sur tous les sommets de la rives gauche de l'Arc : les Sarrazins,  le grand Argentier, la pointe de la Norma et l'aiguille de Scolette.
lire la suite
Point de vue

La vallée de l'Arc

Arrivés au col du Barbier, un petit crochet d'une centaine de mètres vers le sud vous offrira une vue plongeante sur la vallée de la Maurienne, traversée par la rivière Arc. En face de vous, l'horizon sera fermé par la chaîne frontière avec la magnifique aiguille de Scolette (3506 m). Vers le sud, vous distinguerez les trois dents caractéristiques des aiguilles d'Arves. Au fond de la vallée, les étranges ballons de l'ONERA, plus grande soufflerie européenne, témoignent de l'activité industrielle de la Maurienne.
lire la suite
Faune

Le bouquetin, une espèce sous haute surveillance

Le bouquetin continue d'être étudié de façon approfondie, notamment les femelles pour mieux connaître leur dynamique de reproduction. Pour cela chaque printemps, des animaux sont capturés au moyen de fusil hypodermique, équipés de boucles auriculaire et de colliers émetteurs. Les animaux capturés font également l'objet de plusieurs mesures biométriques et de prélèvement sanguin pour évaluer l'état sanitaire de la population. Une grande partie de ces captures sont réalisées sur l'alpage du Barbier, car le site est très fréquenté par l'espèce au printemps et durant tout l'hiver.
lire la suite
Pastoralisme

Les brebis en estives

Vous pourrez rencontrer au cours de votre balade des brebis en estive dans les alpages. Ce pastoralisme très ancien, pour preuve les ruines en pierres encore présentes à l'Estiva, se poursuit toujours. Issues de troupeaux d'éleveurs de la vallée, ces brebis montent progressivement, depuis le village de Villarodin-Bourget en suivant l'évolution de la pousse de l'herbe.
lire la suite
Savoir-faire

Les chalets d'alpage du barbier

Témoins de l'activité agricole intense qui existait il n'y a pas si longtemps, les chalets d'alpage traduisent aussi toute l'ingéniosité des paysans qui étaient obligé d'édifier leur chalet avec des matériaux locaux, principalement en pierre, car le bois n'est pas présent en altitude, recouvert d'un enduit à la chaux, et avec un toit en lauze. Ces constructions se fondent souvent dans leur environnement, comme les chalets du Barbier où les murs ont la couleur des roches locales.
lire la suite
Faune

La perdrix bartavelle

Contrairement aux deux autres galliformes de montagne que sont le lagopède et le tétras-lyre, la perdrix bartavelle est une espèce thermophile (qui recherche la chaleur), ce qui explique sa présence sur les versants ensoleillés de la Maurienne. Barataval en provençal signifie « loquet de porte » ou le « claquet du moulin». La perdrix bartavelle est ainsi nommée en raison de son chant qui se rapproche du bruit du loquet. Les mois les plus propices pour l'entendre sont avril et mai où le mâle marque son territoire au lever du jour.
lire la suite
Architecture

La chapelle « Notre-Dame des neiges »

Lors de l'estive, il était compliqué de descendre au village pour l'office religieux. Des chapelles furent donc construites sur les zones d'alpage. La couverture en lauze et l'architecture du bâtiment nous montrent l'utilisation des matériaux locaux et l'utilisation parcimonieuse du bois. Afin de conjurer les aléas montagnards comme les chutes de pierre ou les avalanches, les édifices religieux comme les oratoires ou les croix sont très présents en montagne.
lire la suite
Refuge

Le refuge de l'Orgère

Acquis en 1969 par le Parc national de la Vanoise, ancien logement des ouvriers d'EDF , le refuge de l'Orgère est l'un des 4 refuges-porte du Parc national de la Vanoise.
lire la suite

Description

Se garer sur le parking de l'Orgère, terminus de la route. Prendre ensuite l'ancienne piste EDF située au fond du parking. Suivre l'itinéraire « col de la Masse ». Passer un pont en béton qui enjambe le ruisseau du Povaret pour arriver au pied de l'Aiguille Doran. Poursuivre par le sentier, traverser une passerelle en bois permettant de franchir le ruisseau de la Masse, puis continuer sur ce sentier en lacets pour arriver à un croisement. Prendre à gauche comme l'indique le panneau « col de la Masse ». Au col, descendre par le même itinéraire est possible et raccourcira le temps de parcours. Il est également possible pour les plus aguerris de gagner le sommet du Rateau d'Aussois, par une sente peu marquée et escarpée. Sinon, poursuivre le circuit par un sentier en descente plus ou moins marqué et arriver sur un vaste replat : le plateau du mauvais berger. Ensuite, suivre l'indication « col du Barbier » et poursuivre par un sentier balcon, passant par le col du Barbier et des chalets. Redescendre ensuite à travers la forêt, puis après un replat toujours forestier remonter légèrement pour regagner le vallon de l'Orgère. Passer à proximité de chalets restaurés, arriver sur un pont en pierre vous permettant de franchir le ruisseau du Povaret. Continuer, traverser ensuite un ensemble de constructions dont une chapelle sur votre gauche. Suivre le balisage sentier de découverte et monter à travers une forêt de pins sylvestres par le sentier en lacets. Déboucher sur une route, la remonter pour arriver au parking de votre départ.
Départ : Parking de l'Orgère, Villarodin-Bourget
Arrivée : Parking de l'Orgère, Villarodin-Bourget
Communes traversées : VILLARODIN-BOURGET, AUSSOIS

Profil altimétrique


Recommandations

En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour

Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique d'Aussois

43 route des Barrages<br>73500 Aussois,

http://www.aussois.com

info@aussois.com

04 79 20 30 80

Votre bureau d’information touristique situé à la maison d’Aussois se transforme…
Cet automne retrouvez nous au centre du village (près de l’Eglise) !
Nous vous proposons des services : information, coin enfants, billets de car et excursions, plan sentiers de randonnée et raquettes, VTT, carte de pêche. Wifi gratuit. Vente du baluchon servant à la Promenade savoyarde de découverte du fort Victor-Emmanuel à l'Esseillon et de la bande-dessinée sur les forts.
Ouverture:
Du 01/07 au 01/09/2017, tous les jours.
Ouvert tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h45.

Du 04/09 au 22/12/2017.
Fermé samedi et dimanche.
Lu>Ve 9h-12h/14h-17h
Fermeture exceptionnelle vendredi 1er décembre de 9h à 12h.

Du 23/12/2017 au 20/04/2018, tous les jours.
9h-12h30/13h30-18h.

Services:
Animaux acceptés, Vente de cartes de pêche, Accès Internet Wifi

Accès:
Office de tourisme à l'intérieur de la Maison d'Aussois, au pied des remontées mécaniques.

Fiche mise à jour par Haute Maurienne Vanoise Tourisme le 29/11/2017
En savoir plus

Office de Tourisme de La Norma

Maison de La Norma<br>73500 La Norma,

http://www.la-norma.com

info@la-norma.com

04 79 20 31 46

Nous vous proposons les services suivants : - vente de forfaits de ski, - agence postale, - pôle enfants, - vente de cartes de pêche, livres touristiques, cartes de randonnée, activtés sportives et culturelles, - wifi
Ouverture:
Du 02/07 au 26/08, tous les jours de 9h à 18h.
Fermetures exceptionnelles les 1er mai, 8 mai, 1er novembre et 11 novembre.
Fermé entre midi et 14h.

Du 01/09 au 16/12 de 9h à 17h.
Fermé samedi et dimanche.
Fermetures exceptionnelles les 1er mai, 8 mai, 1er novembre et 11 novembre.
Fermé entre midi et 13h30.

Du 17/12 au 14/04, tous les jours de 9h à 18h.

Modes de paiement:
Carte bancaire/crédit, Chèque, Chèque Vacances, Espèces, Virement

Services:
Animaux acceptés, Vente de cartes de pêche, Cyber espace / bornes accès Internet

Fiche mise à jour par Haute Maurienne Vanoise Tourisme le 28/03/2017
En savoir plus

Point Info Tourisme Modane

Maison Cantonale<br>9 Place Sommeiller<br>73500 Modane,

http://www.cchautemaurienne.com/

info@cchmv.fr

04 79 05 26 67

Accueil de la clientèle touristique, toute saison. Renseignement, distribution de brochures, vente de produits touristiques.
Ouverture:
Toute l'année.
Fermetures exceptionnelles les jours fériés.

Services:
Animaux acceptés, Accès Internet Wifi, Location de VTT à assistance électrique

Fiche mise à jour par Haute Maurienne Vanoise Tourisme le 17/11/2017
En savoir plus

Transport

Desserte ferroviaire jusqu'à Modane. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Pas de transport collectif entre Modane et le parking de l'Orgère.
Proposition d'auto-stop organisé sur la vallée de Haute-Maurienne. Renseignements : www.rezopouce.fr

Accès routiers et parkings

Depuis la sortie de l'autoroute A43, prendre direction de Modane. Au rond point du Freney, prendre la RD106 en direction du refuge de l'Orgère qui est signalé. Après une demi-heure de trajet, passer le refuge sur votre droite pour accéder au parking.

Stationnement :

Parking de l'Orgére, Villarodin-Bourget

Accessibilité

Deux places de parking pour personnes handicapées, labellisé « Tourisme et Handicap » pour les 4 familles de déficience
Numéro de secours :
114

En savoir plus


Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :