Tour du Mont Pourri : au départ d'Arc 2000 vers le refuge du Mont Pourri
>>
Accueil
>
A pied
>
Tour du Mont Pourri : itinérance autour du 2e sommet plus haut sommet de Vanoise
>
Tour du Mont Pourri : au départ d'Arc 2000 vers le refuge du Mont Pourri
BOURG-SAINT-MAURICE

1. Tour du Mont Pourri : au départ d'Arc 2000 vers le refuge du Mont Pourri

Architecture
Refuge
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Ouf ! Vous quittez enfin la civilisation, mais vous verrez... on s'y habitue très vite ! Cette première étape d'itinérance sillonne les alpages et rallie plusieurs lacs d'altitude, tandis que se rapprochent les glaciers du Varet et du Grand Col.
Le randonneur s'éloigne des grandes infrastructures de la station des Arcs pour pénétrer dans l'univers sauvage des pierriers, moraines, alpages, lacs, cols et crêtes. Le Lac des Moutons, dont les berges sont recouvertes de linaigrettes à la belle saison, offre un panorama superbe sur la chaîne de Bellecôte, l'Aiguille rouge, le Mont Blanc de Courmayeur, les Arêtes de Rochefort ou encore les Grandes Jorasses.

Description

Laisser le lac des Moutons à gauche et poursuivre sur le sentier. Passer à proximité de la cabane des Moutons et poursuivre sur le chemin de randonnée en direction du refuge du Mont Pourri. Au niveau de la jonction avec le chemin carrossable, prendre à gauche. À l'intersection suivante, prendre à gauche jusqu'au refuge du Mont Pourri.
  • Départ : Arc 2000
  • Arrivée : Refuge du Mont Pourri
  • Communes traversées : BOURG-SAINT-MAURICE et PEISEY-NANCROIX

Profil altimétrique


Recommandations

En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Histoire

    Kilomètre lancé

    Vous passez à proximité de la piste dite du kilomètre lancé (KL), réservée au ski de vitesse. Le ski de vitesse en tant qu'épreuve olympique est apparu pour la première et unique fois aux Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville en 1992. Les médailles d'or ont été attribuées à Tarja Mulari, une finlandaise, avec une vitesse de 219 km/h et à Michaël Prüfer, un français avec une vitesse de 229 km/h. Cette piste n'est actuellement utilisée que lors de compétitions.
  • Flore

    Zone humide

    Le sentier longe sur sa rive droite la zone humide de Plan Déchaud, riche d’une flore remarquable. Les pompons cotonneux des linaigrettes dominent le pointillisme coloré des orchidées, tandis qu’à leurs pieds se cachent de discrètes laiches dont certaines très rares à l’échelle du territoire français. L’eau d’alimentation provient du lac St Jacques, un peu plus haut, alimenté par les écoulements de fonte de la neige et, pour partie, d’un canal d’amenée d’eau issue du ruisseau de l’Arc. Les fuligules morillon, canards plongeurs à l’œil doré, fréquentent les eaux libres de la zone.
  • Flore

    Prairies fleuries : à cueillir avec les yeux !

    Dans la montée, les prairies se piquettent de couleurs où domine le jaune d’or des fleurs de l’arnica des montagnes. Cette espèce caractéristique des sols pauvres et acides est bien connue pour ses vertus médicinales : traitement des petits hématomes et propriétés anti-inflammatoires. Sa collecte, autrefois répandue, est maintenant réglementée en Vanoise, dans le coeur du Parc et dans les réserves naturelles. D’autres espèces, plus rares, sont protégées quel que soit l’endroit où elles poussent. Attention, leur cueillette constitue un délit
  • Eau

    Un lac artificiel

    Vers le nord-ouest, un lac artificiel étend, depuis 2008, le bleu turquoise de ses eaux calmes sur plus de 4 ha. Avec une capacité de 400 000 m3, cette retenue collinaire permet d'alimenter en hiver le réseau de neige de culture de la station des Arcs. En été, le site est aménagé en base de loisirs et de pêche, destiné à devenir un pôle halieutique d’altitude renommé. Truites fario et truites arc-en-ciel y partagent l’onde avec les ombles chevaliers
  • Glacier

    Des lacs d'origine glaciaire

    Lac Saint-Jacques, Plan de l’Homme, Lac Marlou ou encore Lac des Moutons... Pas de doute, vous êtes bien sur le sentier des lacs !  Situés dans un environnement rude, de plus en plus minéral à mesure que l’on gagne en altitude, ces lacs aux eaux limpides sont pauvres en nutriments. La température estivale de surface varie entre 9 et 12 °C. Pour la plupart, ces lacs sont d’origine glaciaire, témoin d’un passé révolu, comme en atteste également la présence de ces roches arrondies, rabotées par les glaciers, qui bordent le lac des Moutons. Selon une étude publiée en 2020 dans Nature Climate Change, le nombre de lacs glaciaires a augmenté de 53% dans le monde entre 1990 et 2018, en raison du changement climatique.
  • Flore

    Du génépi au bord des pistes de ski !

    C'est l'une des fleurs emblématiques des Alpes ! Le génépi est surtout connue pour la liqueur réalisée à partir de ses fleurs. En août, on observe en Vanoise trois espèces de génépi : le génépi noir, le génépi jaune et le génépi des glaciers. C'est une plante inféodée aux moraines et aux éboulis. D'aucuns la considèrent comme la plante sauvage et difficilement accessible par excellence. Cependant, sur les accotements de la piste de ski qui descend du Grand Col, elle résiste aux travaux récurrents de terrassement. Rappel : la cueillette de tous les végétaux est interdite dans le cœur du Parc national de la Vanoise.
  • Petit patrimoine

    Une cabane isolée

    En amont du sentier se dresse une modeste cabane isolée. Réservée aux gardes du Parc national de la Vanoise, elle sert de base à des missions de surveillance en leur permettant d’être au plus près de leur territoire d’intervention. Abri en cas de mauvais temps, notamment lors des tournées hivernales, offrant la possibilité de faire chauffer une soupe ou d’y passer la nuit, ces cabanes sont dispersées sur l’ensemble du parc
  • Histoire

    Ce que nous disent les noms de lieux

    Les noms de lieux invitent à affiner notre regard, parfois même à voyager dans le temps. Aiguille rouge, Adret des Tuffes, Plagnettes (étendues moins pentues), Lanchettes (zones avalancheuses) font appel aux reliefs ou à la géologie locale. Le Bois de l’Ours nous ramène à une époque où l’espèce n’avait pas disparu des Alpes. Le mont Pourri doit probablement son nom à la médiocre qualité de ses roches ou au patronyme d’un ascensionniste oublié (monsieur Pourrit ou Pourry ?). Mais cela reste discutable ! Quant à l’Aiguille du Saint-Esprit, à chacun sa croyance…
  • Glacier

    Recherche glaciers désespérément !

    En face de nous, la face nord de Bellecôte dresse sa muraille rocheuse rayée de ravins et de couloirs délités. Les cartes topographiques portent encore les noms de glaciers aujourd’hui disparus, victimes du réchauffement climatique global, particulièrement marqué dans les Alpes. Cette régression sévère des glaciers interroge sur le devenir de nos paysages et sur les ressources en eau dans les décennies à venir
  • Refuge

    Refuge du Mont Pourri

    Géré par le Club alpin français, le refuge du Mont Pourri, situé à 2173 m d’altitude, accueille alpinistes et randonneurs depuis 1974. Ouvert toute l’année, il n’est cependant gardé que les trois mois d’été, du 10 juin au 10 septembre. D’une capacité de 50 places, il a succédé à l’ancien refuge Regaud (à 25 minutes de marche), bâti en 1928 sur l’accès à la voie normale pour l’ascension du Mont Pourri (3779 m). Ce bâtiment est désormais aménagé en salle d’exposition estivale sur l’histoire de l’alpinisme local