La Pierre aux Pieds : à la découverte de la plus mystérieuse roche gravée de Haute Maurienne
>>
Accueil
>
A pied
>
La Pierre aux Pieds : à la découverte de la plus mystérieuse roche gravée de Haute Maurienne
VAL-CENIS

La Pierre aux Pieds : à la découverte de la plus mystérieuse roche gravée de Haute Maurienne

Histoire
Pastoralisme
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Plus de 80 paires de pieds sont gravées dans cette énigmatique roche millénaire. Partons à la recherche du passé perdu ! 
"De l'étage forestier à l'étage nival, les vastes alpages exploités par l'homme depuis des siècles vous donneront accès à une pierre gravée très singulière, au dessus du refuge de Vallonbrun. Pour nous, hommes modernes, fouler ces territoires d'altitude aide à renouer les liens puissants qui unissaient nos lointains ancêtres aux éléments naturels. Pierriers, pics et glaciers environnants nous révéleront peut-être le sens des gravures et les motivations de leurs auteurs, il y a près de 4000 ans. "Jean-Yves Ployer, garde-moniteur.

Description

Depuis la chapelle Sainte-Marie-Madeleine, le sentier (direction refuge de Vallonbrun) s'élève dans une forêt clairsemée de conifères et contourne des affleurements rocheux. Une lande à éricacées bien développée couvre les pentes. Peu à peu, les arbres disparaissent et laissent la place aux alpages. Passer au milieu des granges ruinées du Mollard. Puis, marquer un net virage à gauche (laisser la sente menant au Châtelard sur votre droite). Le chemin conduit ensuite à la chapelle Saint-Antoine, bien visible sur son promontoire (altitude 2 300 m environ). À proximité, les chalets de la Fesse d'en haut marquent l'amont du vallon de Vallonbrun. Descendre vers le refuge par la piste. En contrebas du refuge, prendre à droite (GR®5) en direction de la Pierre aux Pieds : entrée dans la zone cœur du Parc national. D'abord large jusqu'aux chalets de la Fesse du Milieu, le sentier longe ensuite le versant en montant doucement et en franchissant plusieurs ruisseaux. Avant Plan de la Cha, prendre à droite un large chemin (ancienne piste créée pour des travaux). Début de la portion de l'itinéraire hors GR®5. Parvenir à un petit collet (altitude 2400 m environ) où l'horizon se dégage. Poursuivre vers le nord (légère descente), et passer le ruisseau du Diet (pas de passerelle). Une traversée montante permet de prendre pied sur le plateau des Marmottières. Puis, le sentier (nombreux lacets) franchit une zone escarpée d'environ 200 m de dénivelé. Le relief s'adoucit. Continuer sur 300 m pour arriver au but de la randonnée : le bloc erratique gravé de la Pierre aux Pieds.
Descendre par le même itinéraire jusqu'au refuge de Vallonbrun, puis emprunter la piste pastorale vers l'aval sur 900m avant de bifurquer à gauche au niveau de la Fesse d'en-Bas sur un sentier descendant dans les alpages, puis dans une forêt jusqu'à la première épingle de la route forestière des Grattais. Rejoindre le col de la Madeleine en la descendant sur 500m puis remonter la petite route goudronnée sur 1 km jusqu'au hameau du collet de la Madeleine, point de départ.
  • Départ : Hameau du Collet de la Madeleine (vers la chapelle Sainte-Marie-Madeleine), Lanslevillard
  • Arrivée : Hameau du Collet de la Madeleine (vers la chapelle Sainte-Marie-Madeleine), Lanslevillard
  • Communes traversées : VAL-CENIS

Profil altimétrique


Recommandations

Il est conseillé de passer une nuit au refuge de Vallonbrun et d'effectuer la randonnée sur 1 jour et demi car, même si le dénivelé n'est pas énorme, la distance à parcourir est importante. Suggestions : monter au refuge dans l'après-midi et poursuivre la randonnée le lendemain ou monter à la Pierre aux Pieds et s'arrêter au refuge pour achever la descente le lendemain.
En coeur de parc
Le Parc national de la Vanoise est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.vanoise-parcnational.fr

Lieux de renseignement

Office de tourisme de Val Cenis Lanslevillard

Rue sous l'Eglise, Lanslevillard, 73480 Val-Cenis

https://www.valcenis.cominfo@hautemaurienne.com04 79 05 99 06

Transport

Desserte ferroviaire jusqu'à Modane. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Puis transport en autocar jusqu'à Lanslevillard. Renseignements : www.transavoie.com
Proposition d'auto-stop organisé sur la vallée de Haute-Maurienne. Renseignements : www.rezopouce.fr
Renseignements complémentaires :

Accès routiers et parkings

Depuis l'office de tourisme de Lanslevillard, rouler en direction de Bessans par la D902. Gravir les lacets menant au col de la Madeleine. À Pré Clos (environ 1 km avant le col), prendre à gauche la route bitumée (laisser la piste forestière des Grattais sur votre gauche) qui mène au hameau du Collet situé à 1,5 km.

Stationnement :

Pas de parking aménagé (se garer le long de la route, après la chapelle)

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Architecture

    Hameau du collet de la Madeleine

    Avec son bâti en pierres et toitures en lauzes, ce hameau témoigne de l'architecture traditionnelle de Haute-Maurienne. C'est le hameau le plus élevé de la commune. Il est implanté sur un énorme éboulement provenant de l'écroulement d'une partie de la pointe des Pignes en rive gauche de l'Arc (12 000 à 15 000 ans avant J-C.). Autrefois composé de granges et de quelques chalets utilisés à la belle saison, il est actuellement habité à l'année par 2 personnes. C'est en 1972 qu'a été réalisée la déviation permettant de se rendre à Bessans en contournant le hameau.
  • Histoire

    Chapelle Sainte-Marie-Madeleine

    Déjà mentionnée dans un document datant de 1603, elle est située sur l'ancienne route reliant Lanslevillard à Bessans. À l'intérieur, une exposition évoque les moyens mis en œuvre pour cartographier le territoire : de la mappe sarde aux photos réalisées par le satellite SPOT
  • Faune

    Passereaux du secteur arboré en début d'itinéraire

    La mosaïque de milieux des premiers hectomètres du parcours (bosquets, landes, prés en friche) accueille une riche avifaune : vous évoluez dans le royaume des passereaux, soyez vigilants (paire de jumelles conseillée). Au printemps, on peut même contacter deux espèces de galliforme dans ces pentes : la perdrix bartavelle (Alectoris graeca) et le tétras-lyre (Tetrao tetrix)
  • Architecture

    Granges ruinées du Mollard

    Vestiges d'un passé révolu où ces pentes étaient encore pâturées et/ou fauchées, ces constructions méritent une petite pause : pierres sèches, toits de lauzes, linteaux de bois, colonnes et charpentes, "tsardzou" (replat devant la grange pour charger ou décharger le foin). Un peu plus haut, à gauche du sentier, deux granges isolées présentent deux anciens chronogrammes (pierres gravées d'une date) de 1624 et 1690.
  • Architecture

    Chalets d'alpage de la Fesse d'en haut

    Certains chalets sont encore utilisés aujourd'hui. Un des bâtiments se distingue par sa façade sur laquelle un cadran solaire a été peint à la chaux.
  • Architecture

    Chapelle Saint-Antoine

    Située à 2290 m d'altitude à la Fesse d'en haut, elle a été construite en 1876 à l'emplacement d'un très ancien oratoire. Partiellement détruite par une avalanche, elle sera reconstruite en 1932. Saint-Antoine est le patron des muletiers. La chapelle est maintenant destinée à présenter le patrimoine naturel.
  • Pastoralisme

    Alpagisme à Vallonbrun

    Vallonbrun est l'un des trois grands secteurs d'alpage du territoire communal de Lanslevillard. Le GAEC de Vallonbrun y monte ses vaches (races tarine et abondance) en été. Ici, Il n'y a pas de fabrication de fromage en alpage : le lait est descendu chaque matin à la coopérative laitière de Val Cenis-Vanoise, située à Lanslebourg, où il est transformé essentiellement en Beaufort (A.O.P.). Pendant l'estive, un troupeau ovin (800 bêtes environ) pâture les dernières pentes sous les pierriers et les falaises. Les moutons sont élevés pour la viande (production d'agneaux notamment), il n'y a pas de production de lait ou de fromage.
  • Refuge

    Refuge de Vallonbrun

    Ce refuge est, à l'origine, un chalet d'alpage qui a été aménagé et rénové. Ce sont des panneaux solaires qui fournissent l'énergie nécessaire au bâtiment. Ce refuge de 27 places, géré par le Parc national, est gardé par Frédéric Étiévant (Tél refuge : 04 79 05 93 93)
  • Faune

    Marmottes

    Le vallon de Vallonbrun est un lieu propice pour observer les marmottes (Marmota marmota) qui y abondent. Avec un peu de patience, de bons moments sont à vivre en compagnie de ce sympathique herbivore, particulièrement lorsque les marmottons sortent des terriers début juillet. Ne pas les nourrir, SVP, cela peut nuire à leur santé.
  • Faune

    Grands rapaces vers Roc de Burel

    Les grands rapaces affectionnent ce secteur. Ouvrez l'œil et vous aurez peut-être la chance d'observer ces magnifiques voiliers que sont l'aigle royal (Aquila chrysaetos), le gypaète barbu (Gypaetus barbatus), mais aussi  le vautour fauve (Gyps fulvus) et le vautour moine (Aegypius monachus) venus « estiver ».