Col de la Bailletaz depuis le Fornet : sur la piste des chamois et bouquetins des Alpes
>>
Accueil
>
A pied
>
Col de la Bailletaz depuis le Fornet : sur la piste des chamois et bouquetins des Alpes
VAL D'ISERE

Col de la Bailletaz depuis le Fornet : sur la piste des chamois et bouquetins des Alpes

Faune
Flore
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Ce versant abrupt sous la pointe de la Tsanteleina annonce une randonnée soutenue. Mais la récompense attend le randonneur au Col de la Bailletaz, fenêtre ouverte sur tout le massif de la Vanoise.
Le sentier s'élève dans la réserve naturelle nationale de La Bailletaz, où alternent reliefs dolomites et barres rocheuses. Le milieu est favorable aux chamois et bouquetins des Alpes que vous aurez peut-être la chance d'observer. Le Col de la Bailletaz, avec son lac en contrebas, promet un panorama sensationnel sur les crêtes, pointes et glaciers de la Vanoise.

Description

Depuis la gare de départ du téléphérique du Fornet, redescendre la RD 902 sur environ 150 m. Prendre le seul chemin goudronné qui monte raide sur la droite. Après le passage de la tourne (talus suivi d'un fossé) suivre le sentier qui part à droite. À chaque intersection, toujours prendre l'embranchement de gauche, jusqu'au col de la Bailletaz. Le sentier présente un profil plat-montant après la traversée du hameau (environ 1 km), la pente s'accentue entre l'entrée dans la réserve naturelle (ruisseau des Rouvines) et le 1er plateau du Couart dessous (850 m). Le sentier serpente jusqu'au 2e plateau du Couart dessus. Puis traverse un éboulis jusqu'au col de la Bailletaz : suivre les cairns en cas d'enneigement tardif. Pour pique-niquer, ne pas hésiter à redescendre vers le lac de la Bailletaz, le col est souvent venté...
  • Départ : Parking, hameau du Fornet
  • Arrivée : Parking, hameau du Fornet
  • Communes traversées : VAL D'ISERE et TIGNES

Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.

Bouquetin des Alpes - hivernage

Les réserves naturelles de la Grande Sassière, de la Bailletaz, ainsi que le vallon de Prariond sont des espaces privilégiés pour la préservation et le développement de la population hivernante de bouquetins.

Les milieux sont favorables pour les bouquetins : exposition sud, gradient altitudinal, altitude élevée (1800 à 3600 m) pentes abruptes entrecoupées d'éboulis et de pelouses, replats et crêtes).

Même très limitée, la fréquentation hivernale peut générer des perturbations lourdes de conséquences pour la faune sauvage à une époque où elle doit limiter strictement ses dépenses énergétiques.

Les activités hivernales telles que le ski de randonnée ou la raquette sont à éviter dans les zones concernées par l’hivernage du bouquetin.

Les éléments du plan de gestion: http://www.vanoise-parcnational.fr/fr/des-actions/gerer-et-proteger-les-patrimoines/les-reserves-naturelles-nationales/la-reserve-1

Domaines d'activités concernés :
Aerien, Terrestre, Vertical
Périodes de sensibilité :
janv.févr.marsdéc.
Contact :

Parc national de la Vanoise - Elodie Antoine - 
elodie.antoine@vanoise-parcnational.fr
04 79 06 03 15


Recommandations

Penser à prendre suffisamment d'eau pour la journée, pas de sources. Prévoir chapeau, lunettes et crème solaire en été. Si vous voulez observer plus facilement la grande faune, préférez les horaires décalés : tôt le matin ou tard le soir. Vous évoluez en réserve naturelle, merci d'en respecter la réglementation.

Lieux de renseignement

Office de Tourisme de Val d'Isère

Place Jacques Mouflier, 73150 Val-d'Isère

https://www.valdisere.cominfo@valdisere.com04 79 06 06 60

Office de tourisme - Tignes

Maison de Tignes-le-lac BP 51, 73321 Tignes

http://www.tignes.net/information@tignes.net04 79 40 04 40

Point info Parc national de la Vanoise - Val d'Isère

Immeuble le Thovex, Office de tourisme, 73150 Val-d'Isère

https://www.vanoise-parcnational.fr04 79 06 06 60

Transport

Desserte ferroviaire jusque Bourg-Saint-Maurice. Renseignements : www.voyages-sncf.com
Puis transports en autocar jusqu'au chef-lieu Val d'Isère. Renseignements : www.transavoie.com
Des navettes gratuites desservent l'ensemble des hameaux de Val d'Isère, dont le Fornet.

Accès routiers et parkings

Val d'Isère, continuer sur la RD 902 vers le col de l'Iseran, puis se garer au hameau du Fornet.

Stationnement :

Hameau du Fornet

Les 10 patrimoines à découvrir

  • Architecture

    La tourne

    Le Fornet historique est situé sur la rive gauche de l'Isère, afin de se protéger des avalanches et chutes de blocs. L'extension du Fornet en rive droite, où vous vous trouvez, n'a été permise qu'avec édification de cette tourne (butte + fossé) contre les avalanches et les chutes de blocs. Remarquez aussi l'absence des murs qui font face à ses pentes. Au XVIIIe siècle, le Fornet d'Aval, entre le Laisinant et le Fornet actuel, a été détruit entièrement par une avalanche. Les ruines restent visibles.
  • Faune

    La zone d'hivernage bouquetins et chamois

    Les pentes exposées au sud, qui vous surplombent, constituent une zone d'hivernage de première importance pour les chamois et bouquetins. En hiver 2015, on dénombre environ 120 bouquetins et 150 chamois. 2 stratégies hivernale de survie existent : les réserves de graisses, l'inactivité et des repas complémentaires pour le bouquetin (il perd jusqu'à 30 % de son poids en hiver !), alors que le chamois a un métabolisme nécessitant des repas quasi quotidiens, d'où sa présence dans les couloirs d'avalanche où le déneigement se fait naturellement.
  • Flore

    Primula pedemontana

    La primevère du Piémont (Primula pedemontana) est reconnaissable au printemps à ses belles fleurs roses, mais aussi par ses feuilles ourlées d'un liseré et de petites glandes rouges, qui la distinguent de sa cousine Primula hirsuta. C'est une espèce qui vit sur les rochers siliceux, comme la quartzite (roche blanc-vert) au-dessus de vous. C'est une espèce protégée au niveau national, on ne peut pas la cueillir. Dans la réserve naturelle, toute la végétation est protégée. On touche avec les yeux et le nez.
  • Histoire

    L'histoire de la Réserve naturelle de la Baillettaz

    La Réserve naturelle nationale de la Baillettaz a vu le jour en 2000, suite au déclassement total de la Réserve naturelle du Col de l'Iseran (créée en 1963), afin de permettre la requalification du domaine skiable du vallon. Elle a une surface d'environ 495 ha. Son patrimoine naturel se compose surtout de la flore, la grande faune (chamois et bouquetins), ainsi que des rapaces (aigle royal, gypaète barbu, faucon crécerelle).
  • Pastoralisme

    L'élevage et loup

    Le retour du loup et du lynx posent des problèmes à l'élevage, surtout ovin. En conséquence, des chiens, des patous, ont été mis en place au sein des troupeaux afin de les protéger. À leur approche, en cas d'aboiements, restez calme, ne criez pas et ne faites pas de gestes brusques. Après un moment d'observation, ils vous laisseront continuer votre chemin. Si un chiot ou un jeune chien vous approche, ne pas le caresser. « Belle et Sébastien » est une fiction !
  • Pastoralisme

    Les pratiques agricoles

    Vous arrivez au niveau du 1er plateau dit du « Couart dessous ». Le parc avec des murets en pierres sèches servait autrefois à parquer le troupeau pour la nuit. Jusqu'à la fin des années 1990, il existait un troupeau communal de brebis, regroupant environ les 800 têtes des différents propriétaires avalins. Avec le changement des pratiques pastorales, ce troupeau a été remplacé par un troupeau privé provenant d'Aiton, dont une partie est encore propriété de Christophe Mattis, habitant du Fornet.
  • Flore

    La flore de la réserve

    La majorité des habitats naturels de la réserve sont, soit à rattacher aux pelouses alpines, soit aux rochers et éboulis, ainsi que quelques rares milieux humides. Les espèces patrimoniales, souvent protégées, sont entre autres la laîche bicolore (Carex bicolor) pour les milieux humides, la saxifrage fausse diapensie (Saxifraga diapensioides) pour les falaises calcaires, la saxifrage fausse mousse (Saxifraga muscoides) pour les éboulis et falaises humides en calschiste. On peut citer la kœlerie du Mont-Cenis (Kœleria cenisia) pour les pelouses écorchées et sèches sur calcaire.
  • Faune

    Le bouquetin

    En plus des zones d'hivernage, la réserve naturelle englobe des zones de mise bas et d'élevage pour les étagnes (femelles du bouquetin). De mi-juin à début août, les étagnes mettent bas, de façon isolée et souvent dans des vires (gradins rocheux inaccessibles). Au bout de 2 à 3 jours, l'étagne rejoint le groupe familial qu'elle fréquente habituellement (sœurs, cousines, tantes et grand-mères). Tour à tour, elles peuvent ainsi s'éloigner du groupe, en laissant leur cabri sous une surveillance collective. Une crèche bouquetine !
  • Savoir-faire

    La continuité écologique des espaces naturels protégés

    Avec la Réserve naturelle de la Grande Sassière derrière elle, la Réserve naturelle de la Baillettaz, forme avec le Parc national de la Vanoise et celui italien du Gran Paradiso, le plus grand espace protégé continu d'Europe. En terme de préservation de l'environnement, cette juxtaposition d'espaces protégés assure la continuité écologique entre différents massifs montagneux, ce qui a permis notamment le retour par recolonisation naturelle du bouquetin des Alpes, depuis le Gran Paradiso.
  • Histoire

    Le passage des Vaudois

    Le col en face de vous est celui de l'Iseran. La route a été inaugurée en 1937. Avant, seul un chemin muletier existait. Le passage de l'homme est attesté dès l'ère romaine, avec des pièces de monnaie et une statuette retrouvées à Val d'Isère. Des passages ont même laissé des traces historiques. En 1689, les Vaudois (minorité au christianisme austère, réfugiée en Suisse) voulurent regagner leurs terres d'asile (4 vallées italiennes, accolées au Queyras) et passèrent avec armes et bagages. Personne ne s'interposa malgré les ordres donnés !